Diégèse  mardi 18 décembre 2012



ce travail est commencé depuis 4736 jours et son auteur est en vie depuis 19189 jours (31 x 619 jours)
2012

ce qui représente 24,6808% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Daniel
Les personnages sont pour moi un mystère et je ne sais pas bien ce qu'ils ont fait pendant toute une année mais je crois qu'ils ont continué à voyager sans voyager, à vaquer à leur inconsistance et à leur inconstance. Mais je sais qu'ils ont besoin de moi, qu'ils ne peuvent pas faire sans moi. Voudrais-je les abandonner que je ne le pourrai pas. Ce ne serait que la lecture qui ferait que les personnages se débrouilleraient sans moi.

Mathieu
Tu ne peux pas nous laisser mais en attendant, j'attends et j'attends surtout qu'il se passe quelque chose. Et, en attendant, le texte défile et se défile et reste ainsi, car il n'y a rien à corriger dans ce qui se donne à lire.

Noëmie
Il n'y a donc rien à témoigner publiquement de tout cela. Nous pourrions aussi, enfin, demeurer silencieux. Je te regarde et tu prends la forme ténue d'un mouvement, de ce mouvement vers le silence que je ne retrouve parfois que face au mystère d'une œuvre. Nous sommes une œuvre. Tu es une œuvre.

Gustav
Nous suivons la nouvelle Via Appia, comme dans une version latine, longue comme une nuit trop longue.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Tu prends la forme ténue d'un mouvement, de ce mouvement vers le silence que je ne retrouve parfois que face au mystère d'une œuvre. La Via Appia, comme dans une version latine.
Mais ce serait la lecture qui ferait que les personnages se débrouilleraient sans moi. En attendant, j'attends... Il n'y a donc rien à témoigner publiquement de tout cela...


... comme une nuit trop longue...








2011 2010








Je ne sais pas bien ce qu'ils ont fait pendant toute une année mais je crois qu'ils ont continué à voyager sans voyager, à vaquer à leur inconsistance. ... car il n'y a rien à corriger dans ce qui se donne à lire.