Diégèse  samedi 22 décembre 2012



ce travail est commencé depuis 4740 jours et son auteur est en vie depuis 19193 jours (17 x 1129 jours)
2012

ce qui représente 24,6965% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Daniel
Le texte n'est jamais isochrone. C'est son destin de texte. Il n'y a jamais que dans l'avenir que le texte peut rejoindre le réel par le même mouvement de virtualité. C'est en fait cela que fait le texte : tracer avec avantage des lignes que l'on est seul à distinguer et qui rejoignent, mais seulement à l'infini, ce que pourrait être le réel. C'est exactement pour cela qu'en tant qu'écrivain, ou écrivant, je n'ai plus de temps pour les histoires, et même pour les histoires nouvelles.


Mathieu
Ce n'est pas la raison principale, cependant, qui fait que tu écris ce que tu écris. Je sais qu'il demeure la possibilité d'écrire autre chose et que cette possibilité traîne dans le texte, se traîne. Je le lis parfois comme le détective retient un indice passé inaperçu. Il y a du récit. Il y a toujours un peu de récit. Et nous ne sommes pas que ces figurants de tout récit de voyage, cet autre imaginaire. Nous existons dans cet infini où le réel et l'imaginaire se rejoignent et qui n'est ni l'avenir, ni le passé.

Noëmie
Ce qui apparaît le plus souvent comme réel peut aussi être une fiction. Orbetello n'est désormais plus une île alors je fais le tour de l'île, devenue fausse maintenant. Je sais désormais qu'il s'agisse des images urbaines, qu'il s'agisse d'images urbaines, d'autres images urbaines, elles ne sont que fiction, non pas support de fiction mais fiction pure.

Gustav
Alors quoi ? Qui a raison ? Le réel ou le texte. Ni l'un ni l'autre car il ne s'agit en fait pas d'un texte.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... ces figurants de tout récit de voyage, cet autre imaginaire. Je n'ai plus de temps pour les histoires, et même pour les histoires nouvelles.
... et qu'il s'agisse des images urbaines, qu'il s'agisse d'images urbaines, d'autres images urbaines. Qui a raison ? Il ne s'agit en fait pas d'un texte. Alors quoi ? Je fais le tour de l'île, devenue fausse maintenant.
Tracer avec avantage des lignes que l'on est seul à distinguer.








2011 2010








Il n'y a jamais que dans l'avenir que le texte peut rejoindre le réel par le même mouvement de virtualité. Je retiens qu'il demeure la possibilité d'écrire autre chose et que cette possibilité traîne dans le texte, se traîne.