Diégèse  jeudi 27 décembre 2012



ce travail est commencé depuis 4745 jours et son auteur est en vie depuis 19198 jours (2 x 29 x 331 jours)
2012

ce qui représente 24,7161% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Daniel
Raconter une histoire, c'est laisser ouverte la possibilité qu'il y ait un héros, une héroïne. Choisir le héros ou l'héroïne est une responsabilité qui va bien au delà de ce que je peux faire pour un lecteur, qui pourrait aimer les personnages et le récit ou ne pas les aimer. Or, il ne s'agit pas, pour le lecteur véritable d'aimer ou de ne pas aimer mais de prendre, avec soi, sa part de responsabilité du texte.

Noëmie
Il n'y a aucune responsabilité à prendre. Il n'y a pas d'histoire car nous n'avons pas eu d'histoire entre nous.

Mathieu
Nous avons eu chacun notre propre histoire. Nous sommes à Rapallo et j'ai apporté sur la terrasse de la trattoria de Rapallo le livre que tu m'as offert pour Noël. Je regarde la vue et la banalité de la vue vaut pour tous sauf pour moi, qui en connaît les contours. Je reconnais là-bas, pas très loin, le souvenir, un souvenir. La station balnéaire de Rapallo est tout à la fois littéraire et désuète. On saurait y être désirant avec lassitude.

Gustav
Je ne sais pas mais la route ne m'a pas semblé longue et nous avons encore toutes les plages, toutes les routes. Nous trouverons bien encore quelques mots pour raconter et rentrer dans le soir qui vient en plein midi.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
La station balnéaire de Rapallo est tout à la fois littéraire et désuète. La route ne m'a pas semblé longue et nous avons encore toutes les plages, toutes les routes.
Nous n'avons pas eu d'histoire entre nous.


J'ai apporté sur la terrasse de la trattoria de Rapallo le livre que tu m'as offert pour Noël. Quelques mots pour raconter et rentrer dans le soir qui vient en plein midi. La banalité de la vue vaut pour tous sauf pour moi, qui en connaît les contours.








2011 2010








Raconter une histoire, c'est laisser ouverte la possibilité qu'il y ait un héros, une héroïne. Non pas d'aimer ou de ne pas aimer mais de prendre, avec soi, sa part de responsabilité du texte.