Diégèse  samedi 29 décembre 2012



ce travail est commencé depuis 4747 jours et son auteur est en vie depuis 19200 jours (28 x 3 x 52 jours)
2012

ce qui représente 24,7240% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Gustav
On me demande parfois ce qui est le plus difficile dans cette perte des souvenirs. On me demande aussi ce qui est le plus douloureux en cela. Je n'aime plus. Je ne me souviens pas avoir aimé. Il est difficile de mesurer la douleur qu'il y a à ne plus aimer, à ne plus savoir aimer mais il est certain que cette douleur est moins grande que celle de ne plus se souvenir avoir aimé. Je doute même de cela. Et parfois je ne doute plus de cela.

Noëmie
Moi aussi j'ai des raisons de ne plus douter. Je suis venue seule ici et je ne retrouve plus trace de la solitude de ces jours. Pourtant, j'aime les souvenirs de ma solitude dans cette ville muette d'Albenga.

Daniel
Moi aussi je retrouve encore une fois Albenga. Revenir ici chaque année depuis tant d'années, c'est tout à la fois écrire ou arrêter d'écrire.

Mathieu
Vous êtes sombres. Pourtant, on pourrait finir l'année en fredonnant.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je retrouve encore une fois Albenga... Moi aussi j'ai des raisons de ne plus douter...
On pourrait finir l'année en fredonnant.



Je ne retrouve plus trace de la solitude de ces jours...








2011 2010








Il est difficile de mesurer la douleur qu'il y aurait à ne plus aimer, à ne plus savoir aimer mais il est certain que cette douleur serait moins grande que celle de ne plus se souvenir avoir aimé. Ce serait tout à la fois écrire ou arrêter d'écrire.