Diégèse  dimanche 12 février 2012



ce travail est commencé depuis 4426 jours et son auteur est en vie depuis 18879 jours (3 x 7 x 29 x 31 jours)
2012

ce qui représente 23,4440% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav Nous sommes à Bellagio au bord du lac de Côme comme nous étions alors à Bellagio, au bord du lac de Côme et que je tentais d'être aussi à Bellagio au bord du lac de Côme, sans espoir.
Nous parlions déjà et nos ballets de mots et de caresses n'étaient rien d'autre que les expérimentations de nos existences sinon par trop incertaines. Parfois, il y avait la possibilité d'un vagabondage, sans mémoire, sans souvenir, sans amour, sans douleur, sans rien qui suscitât même le désir de ce déplacement intime et sensuel vers le passé, vers l'imaginaire et donc vers le fantasme. Je ne savais plus ce qu'était la mémoire. Est-ce que je me souvenais des objets quand je ne me souvenais de rien ?

Noëmie
Il a oublié et je sais désormais que son histoire d'amour était sans aucune autre. Je dois y penser et m'appliquer bien fort à penser à lui sans tendresse. Puis je m'absente.

Mathieu
C'est ainsi que j'aime que tu t'absentes.

Noëmie
C'est élégant.

Daniel
Ce n'est ni élégant, ni inélégant. C'est la tentation d'un dialogue.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Nous étions à Bellagio, au bord du lac de Côme et je tentais d'être aussi à Bellagio au bord du lac de Côme. C'est élégant.

Je ne sais plus ce qu'est la mémoire. ... nos ballets de mots et de caresses ne sont rien d'autre que ces expérimentations de nos existences sinon par trop incertaines.
Je sais désormais que son histoire d'amour était sans aucune autre issue... Je dois y penser et m'appliquer bien fort à penser à toi sans tendresse. C'est ainsi que j'aime que tu t'absentes.








2011 2010








Est-ce que je me souvenais des objets quand je ne me souvenais de rien ? Parfois, il y a la possibilité d'un vagabondage, sans mémoire, sans souvenir, sans amour, sans douleur, sans rien qui suscite même le désir de ce déplacement intime et sensuel vers le passé, vers l'imaginaire et donc vers le fantasme.