Diégèse  mercredi 15 février 2012



ce travail est commencé depuis 4429 jours et son auteur est en vie depuis 18882 jours (2 x 32 x 1049 jours)
2012

ce qui représente 23,4562% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Mathieu Je crois voir une image fugitive dans les rues de Bellagio. Le souvenir ralentit et se fait immobile. Mais mon souvenir est ajouré, découpé tranquillement et cette silhouette détourée, c'est la sienne, je crois. Je sais pourtant que l'image est en moi et en moi seulement. Je ne peux pas me croire et comment croire dès lors  que c'est mon esprit que je pourrais le mieux connaître...

Gustav
Ajouré... C'est joli ajouré. Ajouré : percé de petits trous qui laissent passer la lumière du jour. Ce n'est pas si grave, tu sais, de te laisser aller à la nostalgie. Seul le remord cependant pourrait te conduire à la folie. Moi, même sans souvenir, je n'ai jamais vraiment craint la folie

Daniel
Je ne t'aurais pas laissé, Gustav, devenir fou. Je peux inventer des histoires et raconter des histoires inventées dans lesquelles il n'y a pas de fou.

Gustav
Je ne suis pas ton personnage.

Daniel
Cela reste cependant à prouver. Mon lecteur, cette fois, c'est moi et comme lecteur, je peux te faire fou mieux encore que comme auteur.

Noëmie
Je ne suis d'accord avec rien de ce que vous dites aujourd'hui. S'éloigner de la folie, ce serait s'éloigner du souvenir et aler vers la rencontre. Ce seraient d'autres façons de marcher dans les rues, ce seraient d'autres regards vers d'autres regards et le plissé des sourires dans le regard qui répondrait au plissé des sourires dans le regard. Ce serait tout cela et ce pourrait être, aussi, à Bellagio.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je peux inventer des histoires et raconter des histoires inventées. Je ne suis pas ton personnage.
Ce seraient d'autres façons de marcher dans les rues, ce seraient d'autres regards vers d'autres regards et le plissé des sourires dans le regard qui répondrait au plissé des sourires dans le regard. Ajouré : percé de petits trous qui laissent passer la lumière du jour. C'est donc mon esprit que je pourrais le mieux connaître ?
... image fugitive dans les rues de Bellagio. Mon lecteur, cette fois, c'est moi.








2011 2010








Je n'ai jamais vraiment craint la folie. Le souvenir ralentit et se fait immobile.