Diégèse  mercredi 22 février 2012



ce travail est commencé depuis 4436 jours et son auteur est en vie depuis 18889 jours (13 x 1453 jours) 2012

ce qui représente 23,4846% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Noëmie L'Italie aussi se met en carême et se couvre de cendres comme la planète Mars et je lis que des blocs de glace, sur Mars, seraient recouverts d'une couche de cendres volcaniques. Les cendres sont universelles ainsi que les volcans et le feu. Et cela ressemble fort à une métaphore de l'amour. L'amour serait donc universel.
Et me revient encore la Ballade du cœur qui a tant battu de Charles Péguy...
Cœur dévoré d'amour
Fervente joie
Mangé de jour en jour
Vivante proie
.
Je ne sais pas ce que j'écris.

Daniel
Je n'en sais rien non plus, pas davantage. Quand je tente de me rappeler et de raconter, je ne me rappelle qu'une façon de cligner les yeux, un geste, dans les meilleurs des cas, une phrase dite avec sincérité, qui émerge de la gangue des mots de circonstance. Et puis revient l'actualité et surtout la politique politicienne et, dès lors, comment faire surgir dans le texte la bêtise des commentaires de l'actualité, de l'actualité la plus tragique, de l'actualité la plus terrible, de l'actualité commentée, commentée et exploitée ?

Mathieu
Je sais que nous nous dirigeons vers Venise et que la lagune pourrait bien me blesser quand j'irai encore m'asseoir sur les marches en face de la gare de Santa Lucia. Je me souviens bien de la dernière fois où j'y suis allé. Je ne sais plus quel temps il faisait, la pluie qui venait après sur les fenêtres de la chambre ne disait rien, laissait un peu de bruit et tu me serrais. Je regarde des images de Venise. Je regarde les images de la ville et les images ne me disent rien de mon âge et me font osciller en un désespoir particulier et le désespoir désespéré.

Gustav
Vous me déprimez. Pourquoi voudriez-vous que je retrouve mes souvenirs quand les vôtres ne font que vous alourdir. Nous sommes à Castelfranco Veneto et vous pourriez apprendre ainsi que c'est la ville de naissance de l'écrivain Pietro Pagello avec qui George Sand trompa Musset à Venise. Et je lis aussi dans Vanity Fair qu'une prostituée de Castelfranco s'est fait passer pour la nounou d'un chômeur suicidaire et que tout va pour le mieux. Ça c'est sérieux.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je ne sais pas ce que j'écris.

Comment faire surgir dans le texte la bêtise des commentaires de l'actualité, de l'actualité la plus tragique, de l'actualité la plus terrible, de l'actualité commentée, commentée et exploitée ? Des blocs de glace, sur Mars, seraient recouverts d'une couche de cendres volcaniques.

... la lagune pourrait bien me blesser quand j'irai encore m'asseoir sur les marches en face de la gare de Santa Lucia. Je ne sais plus quel temps il faisait, la pluie qui venait après sur les fenêtres de la chambre ne disait rien, laissait un peu de bruit et tu me serrais. Je ne me rappelle qu'une façon de cligner les yeux, un geste, dans les meilleurs des cas, une phrase dite avec sincérité, qui émerge de la gangue des mots de circonstance.








2011 2010








Je regarde les images de la ville et les images ne me disent rien de mon âge et me font osciller en un désespoir particulier et le désespoir désespéré. Et me revient la Ballade du cœur qui a tant battu de Charles Péguy...
"Cœur dévoré d'amour
Fervente joie
Mangé de jour en jour
Vivante proie
."