Diégèse  mercredi 11 janvier 2012



ce travail est commencé depuis 4394 jours et son auteur est en vie depuis 18847 jours (47 x 401 jours)
2012

ce qui représente 23,3141% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Noëmie Nous allons partir bientôt de la forteresse artistique et je ne prendrai rien de ce paysage niçois.
Nous allons partir et notre itinéraire sera une forme d'itinéraire imaginaire car tout voyage est imaginaire dès lors qu'il s'accole à un récit. En permanence, nous créons les paysages par la pensée productrice d'imaginaire car dans ce voyage qui est la vie, nous sommes nous-mêmes et pour nous-mêmes imaginaires. Je pense, donc je me crée, et je crée le monde à ma suite et cela, que je voyage ou que je ne voyage pas. Cependant, dans le voyage, il y a pour chacun cet un peu de soi qu'il pourrait perdre et qui est un souvenir accroché comme un ex voto à la branche d'un arbre, plus loin, là-bas, sur une colline, cet arbre exactement esseulé.
Je regarde cet arbre. Je pense que tu aurais pu m'aimer et soudain je suis au monde.
Je me souviens.
Je me souviens et je ne disais rien, et je ne disais rien de moi, et je ne disais rien de toi et je ne disais vraiment rien, et je ne retiens rien, je ne m'intéresse à rien, je n'ai aucun commentaire à faire.

Mathieu
Et la mémoire, cet ouragan...

Gustav
Cela me rappelle une chanson.

Daniel
Potache.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... et je ne disais rien, et je ne disais rien de moi, et je ne disais rien de toi et je ne disais vraiment rien. Nous allons partir et je ne prendrai rien de ce paysage niçois.
Tu aurais pu m'aimer.
Je pense donc je me crée, et je crée le monde à ma suite. ... cet un peu de soi qu'il pourrait perdre. Une forme d'itinéraire imaginaire...


2018






2011 2010








Et soudain je suis au monde... ... mais je ne retiens rien, je ne m'intéresse à rien, je n'ai aucun commentaire à faire...