Diégèse  samedi 21 janvier 2012



ce travail est commencé depuis 4404 jours et son auteur est en vie depuis 18857 jours (109 x 173 jours)
2012

ce qui représente 23,3547% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav Ma vie d'avant me revient par bribes parfois, comme un film mais dans ce film, je n'avais pas le rôle principal. Est-ce d'ailleurs souhaitable de jouer le rôle principal de cette fiction longue - plus ou moins - que l'on appelle sa vie ? Ce n'est pas certain. J'ai connu quelques personnes qui avaient pour unique objectif d'approcher celle ou celui à qui elles allaient donner, un temps, le rôle principal de leur vie. Toujours, c'est un échec.
C'est à cela que je réfléchissais à la terrasse de la place principale de Frabosa Soprana. Il fait assez doux et la neige, plus loin, est artificielle.
J'écoute les voix autour de moi. On parle italien, français, allemand aussi. J'écoute encore et parfois j'entends un peu ce que peut être la vie. Puis j'oublie encore alors que, désormais, je ne dois rien oublier. Le temps aura passé.

Noëmie Je me souviens moi de la première fois où nous sommes venus à Frabosa Soprana que tu prononçais alors Fabrosa... Il était facile, de Mondovi, de rejoindre la montagne, d'aller jouer un peu avec la neige molle des premières pentes, de regarder les pisteurs italiens...

Gustav
Tu n'es pas obligée de me rappeler mes erreurs de prononciation qui sont des erreurs d'inattention.

Noëmie Je ne cède jamais.

Gustav Je ne sais pas, de cela je ne dispute pas maintenant...

Mathieu
Descartes.

Daniel
Nous avions choisi la station pour son nom et tu avais fait une erreur sur le nom. Je me rappelle le sentiment d'absurdité et d'injustice qui m'a enserré. Il ne s'est pas démenti à découvrir ce village détruit par des constructions sans grâce, enlaidi par un pylône couvert de relais téléphoniques et de paraboles. Il y avait cependant, cette année-là de la neige. J'étais sans doute un peu pâle.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
J'étais sans doute un peu pâle. Mais je ne dois rien oublier.
Je ne cède jamais.
Je ne sais pas, de cela je ne dispute pas maintenant...
Il était facile, de Mondovi, de rejoindre la montagne, d'aller jouer un peu avec la neige molle des premières pentes, de regarder les pisteurs italiens...
Je me rappelle le sentiment d'absurdité et d'injustice qui m'a enserré.








2011 2010








Je n'avais pas le rôle principal. J'écoute encore et parfois j'entends un peu ce que peut être la vie.