Diégèse  samedi 14 juillet 2012



ce travail est commencé depuis 4579 jours et son auteur est en vie depuis 19032 jours (23 x 3 x 13 x 61 jours) 2012

ce qui représente 24,0595% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Noëmie
Je n'aime pas les divertissements. C'est ainsi. Quel que puisse être l'intérêt d'une œuvre, si je soupçonne qu'elle pourrait me divertir un peu, je m'en détourne. Je me souviens ainsi avoir regardé des films de Guy Debord puis d'avoir décidé de ne plus jamais aller au cinéma. Je ne suis donc plus allée au cinéma car il n'y a rien de plus divertissant que les images animées. Mais elles ne sont jamais parfaites alors que pour autant nous imaginons des utopies parfaites. Les œuvres de divertissement sont la monstration même de l'imperfection. Peut-il y avoir gradation ou distinction dans l'imperfection... Mais cela ne m'intéresse pas.

Mathieu
Tu as raison. Non seulement elles sont imparfaites, mais elles servent aussi de supports de conversation mais pour cela il faut s'en souvenir et l'on plonge alors dans les pièges du temps, de la temporalité. Or, pour échapper au temps, pour échapper à la mémoire, pour échapper à la nostalgie et pour échapper à toute référence, pour échapper à la tentation de l'originalité, pour échapper à tout cela, et encore à beaucoup d'autres choses, il faut échapper aux images, il faudrait vivre dans un monde sans images, ni fixes, ni animées.

Gustav
Je ne sais pas de quoi vous parlez. Les rues sont presque toutes semblables. Je ne me les rappelle jamais. Elles sont toutes semblables parce que ce sont des images et que seraient-elles si elles ne l'étaient pas. L'image n'est pas le souvenir de l'image. C'est en cela qu'elle peut être une œuvre.

Daniel
Alors l'œuvre, ce sera le ciel avec le bruit d'un avion. Pas le ciel. Ce sera un paysage avec le bruit d'un avion et on ne verra pas l'avion, on ne verra pas cet avion. Puis il y aura la Marseillaise puisque nous sommes le 14 juillet mais sans étendard sanglant mais contre la tyrannie, toute la tyrannie, toutes les tyrannies, même celles des images, œuvres ou non.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Les rues sont presque toutes semblables... Pour autant nous imaginons des utopies parfaites.
Ce sera le ciel avec le bruit d'un avion. Pas le ciel. Ce sera un paysage avec le bruit d'un avion et on ne verra pas l'avion, on ne verra pas cet avion. Et puis sans étendard sanglant mais contre la tyrannie, toute la tyrannie, toutes les tyrannies. Peut-il y avoir gradation ou distinction dans l'imperfection...











2011 2010








Je me souviens avoir regardé des films de Guy Debord puis d'avoir décidé de ne plus jamais aller au cinéma. Pour échapper au temps, pour échapper à la mémoire, pour échapper à la nostalgie et pour échapper à toute référence, pour échapper à la tentation de l'originalité, pour échapper à tout cela, et encore à beaucoup d'autres choses...