Diégèse  dimanche 3 juin 2012



ce travail est commencé depuis 4538 jours et son auteur est en vie depuis 18991 jours (7 x 2713 jours) 2012

ce qui représente 23,8955% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Mathieu
Chaque début de juin, c'est la même chose, je suis épuisé et il m'arrive même d'être sans force aucune. Le monde s'efface alors de mon regard et de mon trouble. Je regarde autour de moi. Aux terrasses, les conversations suivent leur cours et parlent de la vie. Les gens semblent ne rien remarquer de la fatigue intense qui les entoure et je continue moi sur cette lancée, à douter de tout, dans une vision nostalgique et rétrospective.

Daniel
Mais ta fatigue n'est peut-être pas de la fatigue mais seulement l'épuisement du regard dans son activité de classement du monde. Il demeure toujours quelque chose d'inclassable. C'est cela qui fatigue. C'est pour cela que tu devrais écrire car classer ce qui demeure inclassable, ce serait cela, écrire.
Regarde Gustav, lui n'est pas fatigué. La raison en est que c'est un personnage éclipsé, c'est un personnage qui s'éclipse, qui s'est éclipsé, qui va s'éclipser, à toutes les modalités possibles. Il n'a plus de souvenirs et parfois, pour pouvoir parler, il invente de faux souvenirs qui ne l'encombrent pas.

Gustav
C'est vrai mais j'ai arrêté de fabriquer de faux souvenirs car ces faux souvenirs devenaient aussi prégnants que les vrais souvenirs supposés et ne les effaçaient d'ailleurs pas, ou de manière très incomplète et provisoire. La fatigue reprenait.

Noëmie
C'est sans cesse que vous allez recommencer à parler de la fatigue ? Moi, je vais dormir.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Mais ces faux souvenirs devenaient aussi prégnants que les vrais souvenirs supposés et ne les effaçaient d'ailleurs pas, ou de manière très incomplète et provisoire.

C'est un personnage éclipsé, c'est un personnage qui s'éclipse, qui s'est éclipsé, qui va s'éclipser, à toutes les modalités possibles. Recommencer. ... je continue moi sur cette lancée, à douter de tout, dans une vision nostalgique et rétrospective...
Je vais dormir.









2011 2010








Il m'arrive d'être sans force aucune, et le monde s'efface de mon regard et de mon trouble. Classer ce qui demeure inclassable, ce serait donc cela, écrire.