Diégèse  samedi 9 juin 2012



ce travail est commencé depuis 4544 jours et son auteur est en vie depuis 18997 jours (112 x 157 jours) 2012

ce qui représente 23,9196% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Daniel
Je n'ai pas beaucoup de temps pour écrire. C'est cela que se dit parfois, et même de temps en temps, celui qui, comme le définit Barthes, veut écrire et alors, subrepticement, le temps de l'écriture fait irruption dans le texte, avant le texte, après le texte. Le texte se fait temps.
Ainsi, l'auteur pense décrire une scène, un paysage, un personnage et il n'écrit que le temps de la scène, le temps du paysage et le temps du personnage. C'est logique et c'est même une très ancienne chaîne logique qui veut qu'il n'y ait de réel que sensible et que dans le même temps le sensible trouble le réel si bien que le réel est dérobé tant et tant qu'il est logique et raisonnable de douter de sa réalité.

Gustav
C'est trop compliqué ce que tu écris. On pourrait tout aussi bien dire que ce qu'il croit être le fruit de l'observation n'est jamais que le fruit du fantasme. C'est la même chose dans les films, d'ailleurs. Ce sont l'imagination et un certain goût du désastre qui font l'image et le son.

Mathieu
J'ai lu des livres sur l'observation des éclipses. Il y est toujours question de temps, d'un temps extrêmement condensé, un extrait de temps, un précipité.

Noëmie
On m'a récemment demandé ce que vous écriviez ici. Je ne savais que dire sinon que je vais repartir en Bretagne car j'y ai le fantasme que dans la rue, dans les transports, aux terrasses des restaurants les gens ont le temps.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
L'imagination et un certain goût du désastre ont fait le reste, ont fait l'image et le son. J'ai lu des livres sur l'observation des éclipses...
... le temps de l'écriture fait irruption dans le texte, avant le texte. ... dans la rue, dans les transports, aux terrasses des restaurants.

Je vais repartir en Bretagne.
Je ne savais que dire...








2011 2010








Et ce qu'il croit être le fruit de l'observation n'est jamais que le fruit du fantasme. C'est une très ancienne chaîne logique qu'il n'y ait de réel que sensible et que dans le même temps le sensible trouble le réel si bien que le réel est dérobé tant et tant qu'il est logique et raisonnable de douter de sa réalité.