Diégèse  vendredi 15 juin 2012



ce travail est commencé depuis 4550 jours et son auteur est en vie depuis 19003 jours (31 x 613 jours) 2012

ce qui représente 23,9436% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav
Je ne savais plus rien choisir et j'étais comme sans désir. Car sans souvenirs, il m'était devenu impossible de choisir car tous les choix sont fondés sur une part de mémoire de choix précédents et la vie pourrait ainsi être décrite comme cela : se souvenir et choisir. Si je ne choisissais plus, je n'étais plus vraiment vivant.
Je regarde le paysage. Le croisement des routes. Rien ne peut mettre sur la voie. Je m'arrête là.

Mathieu
Tu hésites encore trop aujourd'hui dans tes choix et, ces hésitations, je remarque qu'elles dépendent du concours de deux causes conjointes : la possibilité du choix et l'impossibilité du choix. C'est donc une aporie qui ne peut se résoudre, non pas par un choix, mais par une forte détermination du hasard. Toutes ces routes devant toi et tu dois alors te rappeler que le pluriel est une facilité et un mensonge. Car tout de suite après que tu te seras engagé ici ou là il n'y aura jamais eu d'autre choix et ce, pour l'éternité.

Noëmie
Le choix se fait toujours par le corps et dans une paysage c'est le corps dans le paysage qui fait choisir le paysage.
Je me demande pourquoi les maisons neuves arborent ici toutes ces fausses pierres. C'est épouvantable. Il y en a tous les kilomètres et je pourrais compter chaque kilomètre. C'est pourquoi je préfère la mer. Tu te rappelles lorsque nous étions sur ce bateau qui nous menait vers un restaurant de pêcheur. Il y a longtemps. C'était la nuit. Je me sentais coupable.

Daniel
Je retiens que dans le souvenir, comme dans les récits, c'est la nuit qui rend coupable et c'est aussi la nuit qui sauve de la culpabilité.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Rien ne peut mettre sur la voie. Le corps dans le paysage.
C'est épouvantable. Le pluriel est une facilité. ... je remarque qu'elles dépendent du concours de deux causes conjointes...
... dans toutes ses fausses pierres... ... et je pourrais compter chaque kilomètre... Tu te rappelles lorsque nous étions sur ce bateau qui nous menait vers un restaurant de pêcheur...








2011 2010








Sans souvenirs, il m'était devenu impossible de choisir car tous les choix sont fondés sur une part de mémoire de choix précédents et la vie pourrait ainsi être décrite comme cela : se souvenir et choisir. Je retiens que dans le souvenir, c'est la nuit qui rend coupable et c'est aussi la nuit qui sauve de la culpabilité.