Diégèse  lundi 18 juin 2012



ce travail est commencé depuis 4553 jours et son auteur est en vie depuis 19006 jours (2 x 13 x 17 x 43 jours) 2012

ce qui représente 23,9556% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Mathieu
Je ne me suis jamais vraiment habitué à mon prénom. Beaucoup l'écrivent avec deux "t", comme pour l'évangéliste mais je n'ai jamais évangélisé personne... Et quand j'ai prêché, je n'ai pas convaincu.

Gustav
Ce n'est pas que tu n'as pas convaincu, c'est que tu as créé la controverse et parfois, sans controverse, il n'y a pas de véritable conviction.

Daniel
Je trouve que tu vas mieux, Gustav, et je vais te donner, je crois, l'occasion de revenir, l'occasion de t'expliquer, l'occasion de reprendre corps, car que peuvent faire de mieux des personnages que de reprendre corps ?

Noëmie
Mais moi je ne vais pas mieux. Je dois repartir en voyage mais je n'ai plus envie de prendre le train de l'Atlantique, encore, reconnaître le quai, entendre le grelin moderniste de la gare et la voix de synthèse qui annonce le départ des trains, l'arrivée des trains et des destinations virtuelles que personne n'a jamais atteintes.
Nous marchons un peu après le dîner. Le lampadaire de l'autre côté de la rue s'éteint. Je voudrais partir. Je ne sais pas si le taxi que j'ai pris ensuite pouvait m'amener plus loin. Qu'est-ce que le chauffeur m'aurait répondu si je le lui avais demandé ? Rien, sans doute.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Rien, sans doute. Sans controverse...
... je vais lui donner, je crois, l'occasion de revenir, l'occasion de s'expliquer, l'occasion de reprendre corps.


Je dois repartir en voyage mais je n'ai plus envie de prendre le train de l'Atlantique, encore, reconnaître le quai, entendre le grelin moderniste de la gare et la voix de synthèse... Nous marchons un peu après le dîner. Je ne sais pas si le taxi que j'ai pris pouvait m'amener plus loin.








2011 2010








Je ne me suis jamais vraiment habitué à mon prénom. Le lampadaire de l'autre côté de la rue s'éteint.