Diégèse  mercredi 20 juin 2012



ce travail est commencé depuis 4555 jours et son auteur est en vie depuis 19008 jours (26 x 33 x 11 jours) 2012

ce qui représente 23,9636% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Daniel
Je n'écris plus de romans mais quand j'écrivais des romans, des nouvelles ou des pièces de théâtre, je ne savais pas davantage ce que j'écrivais et même si j'écrivais vraiment. J'écris puisque je suis écrivain et j'écris depuis des années car je suis écrivain depuis des années et depuis ces années, nombreuses années, je ne suis jamais certain, non de savoir écrire mais d'écrire. Pourtant, parfois je sais que j'écris, quand l'écriture passe du corps, du frémissement à l'absence, et je retiens alors que l'absence n'est pas le manque et que l'écriture, c'est d'abord du manque.

Mathieu
Moi, je n'ai plus le temps de parler de rien. Je n'ai plus le temps de me souvenir de rien. Noëmie, elle, se souvient de l'amour et je ne me souviens de moi, de temps en temps, dans des circonstances différentes. Je ne me souviens pas de l'amour.

Noëmie
Ce n'est pas que je me souviens de l'amour, c'est juste que puisque ça n'embraye pas, que ça patine et que la journée patine, que la vie patine, je peux penser à l'amour et parfois même espérer l'amour. Alors je regarde la ville comme un espace possible de rencontre amoureuse. Je regarde les préparatifs des fêtes de demain, une idée de biniou, de la musique bretonne à tous les coins de toutes les rues de Rennes. Je vais rencontrer un Breton.

Gustav
Tu ne vas rencontrer personne sinon ta mémoire. Va dans les jardins. Les jardins aussi sont mémoire. Va te promener. Nous sommes donc d'accord sur le cheminement. Nous ne serons jamais d'accord sur la destination.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Noëmie se souvenait de l'amour et je ne me souvenais de moi, de temps en temps, dans des circonstances différentes. Les jardins aussi sont mémoire.
... et l'on peut penser que puisque ça n'embraye pas, ça patine et que la journée patine, que la vie patine.
Nous sommes donc d'accord sur le cheminement...
Je regarde les préparatifs des fêtes de demain, une idée de biniou, de la musique bretonne à tous les coins de toutes les rues de Rennes. ... je ne savais pas davantage... Je n'ai plus le temps de parler de rien.








2011 2010








Je ne suis jamais certain, non de savoir écrire mais d'écrire. L'écriture passe du corps, du frémissement à l'absence et je retiens que l'absence n'est pas le manque.