Diégèse  mardi 26 juin 2012



ce travail est commencé depuis 4561 jours et son auteur est en vie depuis 19014 jours (2 x 3 x 3169 jours) 2012

ce qui représente 23,9876% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav
"Ici et maintenant"... Voilà ce qui devrait être à tous donné. Et voilà ce qui ne m'est pas donné car, sans mémoire, il n'y a pas d'ici, pas plus de maintenant. Cependant, constatant cela, je m'aperçois que je ne suis pas seul. Et j'ai tant de semblables qui sont sans ici et sans maintenant que j'en ai le tournis.

Mathieu
Tu as raison car en fait ce n'est pas la mémoire qui fait que nous sommes ici, qui nous donne notre ipséité. Dès lors que nous sommes là et dans le même temps déjà là, comment est-ce qu'il faut penser ?

Noëmie
Je me moque de vos interrogations. Ici, à l'évidence, maintenant, évidemment, je m'invente une Bretagne avec des vagues et des marais salants, rouges puis cuivre à mesure que le soleil se donne des couleurs de blé pâle, voilé. Car il s'agit bien de perception, qui ne saurait se produire sans émotion. C'est ainsi que le monde se fait en couleur pour être perçu, ici, et maintenant aussi.
Et puis, c'est fatigant de dire à chaque instant ce que je suis en train de faire, ce que je vais faire, ce que je fais, ce que je dis, ce que je vais dire. Ces réseaux sociaux ne sont que des auto-didascalies permanentes et autistes. Nous devrions cesser.

Daniel
Il n'y a rien à arrêter dans l'écriture car l'écriture voyage quand elle pourrait s'arrêter. C'est son voyage qui la poursuit. Mais elle voyage pour traquer une différence et maintenant, les mêmes rues, la même asphalte, les mêmes radios, les mêmes modes, les mêmes néons surtout, qui, uniformes, blanchissent les crépuscules. Ici et maintenant, comme partout.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000



... c'est fatigant de dire à chaque instant ce que je suis en train de faire, ce que je vais faire, ce que je fais, ce que je dis, ce que je vais dire. Comment est-ce qu'il faut penser ?

Je m'invente une Bretagne avec des vagues et des marais salants, rouges puis cuivre à mesure que le soleil se donne des couleurs de blé pâle, voilé.
Et maintenant, les mêmes rues, la même asphalte, les mêmes radios, les mêmes modes, les mêmes néons surtout, qui, uniformes, blanchissent les crépuscules.








2011 2010








Cependant, sans mémoire, il n'y a pas d'ici, pas plus de maintenant. L'écriture voyage quand elle pourrait s'arrêter.