Diégèse  jeudi 28 juin 2012



ce travail est commencé depuis 4563 jours et son auteur est en vie depuis 19016 jours (23 x 2377 jours) 2012

ce qui représente 23,9956% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Mathieu
Est-ce que j'existe dans les textes que j'écris ou dans ceux que l'on écrit et dans lesquels j'apparais ? Est-ce que j'existe dans ces paragraphes que j'égrène dans ces pages électroniques ? Observant si quelque chose existait dans le monde, j'en conclus que j'existais dit Descartes dans ces Méditations métaphysiques. Pour autant, il utilise l'imparfait. J'existais, disait Descartes, et je vais moi me retirer du monde. Il suffirait donc pour cela que je cesse d'écrire. Je suis déjà dans les coulisses de ma propre histoire, répétant fébrile des scènes que je n'aurai pourtant pas à jouer.
Je ne joue plus.

Gustav Tu sais comme moi que cela n'est pas vrai. Sortir de l'écriture, c'est comme sortir de l'indifférence au monde. Que se passe-t-il quand je suis moins indifférent ? Il ne se passe pas vraiment quelque chose. Je crois exister davantage, peut-être, mais le monde s'en moque.

Daniel
Moi je n'ai même pas besoin de cesser d'écrire pour ne plus exister. Il suffit que je laisse les personnages continuer sans vraiment intervenir, puisque je ne suis pas là pour ça. Ils continuent sans moi disant qu'ils ne font pas ce qu'ils font pourtant dans un prétérition continu. Je suis dans désir, sans autre désir."Le désir d'écrire comme seul désir", disait Barthes. Reste à savoir de quoi le désir d'écrire est le désir ou pas.

Noëmie
De rien peut-être. Tu crois que tu pourrais écrire, imaginer puis écrire et que cela susciterait ton désir et celui du lecteur. Tu te trompes certainement. Il n'y a de désir dans l'écriture dans le passage à l'acte de sortie de texte. Je t'expliquerai un jour. Aujourd'hui, la conversation ne pouvait qu'être brève...

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
J'existais, disait Descartes, mais je vais moi me retirer du monde. Tu crois que tu pourrais écrire, imaginer puis écrire...
Alors je laisse les personnages continuer sans vraiment intervenir, puisque je ne suis pas là pour ça.
Que se passe-t-il quand je suis moins indifférent ?
La conversation ne pouvait qu'être brève...









2011 2010








Je suis dans les coulisses de ma propre histoire, répétant fébrile des scènes que je n'aurai pourtant pas à jouer. "Le désir d'écrire comme seul désir", dit Barthes.