Diégèse  samedi 5 mai 2012



ce travail est commencé depuis 4509 jours et son auteur est en vie depuis 18962 jours (2 x 19 x 499 jours) 2012

ce qui représente 23,7791% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav
C'est le noir complet aujourd'hui et je me souviens de ce même effondrement quand l'idée même de souvenir s'est évanouie et quand l'idée même de réel s'est effritée puis est tombée. Depuis lors, je n'ai plus eu la capacité de produire de formes.
Je me regarde. En tant que forme vivante je me trouve cependant parfait dans les défauts de la vie. Je n'ai plus de souvenirs parce que je ne me tiens pas de moi même. D'ailleurs, est-ce si certain que si je tenais de moi mon être, je me serais donné toutes les perfections ?

Daniel
Quand tu es aussi sombre je trouve que le texte est sombre et quand tu es désenchanté, le texte est aussi désenchanté. Il y aurait donc coïncidence du désenchantement du texte et du désenchantement des personnages. Je n'avais connu cette situation que dans les feuilletons et les films français de la télévision, des publicités parfois, c'est dire dans les formes faibles de la fiction.

Mathieu
Moi aussi je me souviens du temps où Gustav était au plus mal et que nous avons été appelés auprès de lui. Ce n'était pas qu'il n'avait pas d'amis mais c'était surtout qu'il ne les reconnaissait plus. Nous l'avions emmené à une fête et il ne savait plus ce qu'était une fête. C'est ainsi que pour ma part j'ai compris que les fêtes sont aussi intimes, souvent intimes... Je voudrais porter mon cœur à la fête mais je ne sais plus trop ce que peut faire mon cœur et s'il connaît bien encore les parcours et les signaux de ce que je lui demande avec imprudence.

Noëmie
Il fait triste sur Paris aujourd'hui. Vous êtes tristes aujourd'hui. C'est parce que nous ne sommes pas encore partis.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Ce n'était pas que Gustav n'avait pas d'amis mais surtout qu'il ne les reconnaissait plus. Nous ne sommes pas encore partis.
C'est le noir complet. Mais les fêtes sont aussi intimes, souvent intimes... Est-ce si certain que si je tenais de moi mon être, je me serais donné toutes les perfections ?
Il fait triste sur Paris aujourd'hui. Je ne sais plus trop ce que peut faire mon cœur et s'il connaît bien encore les parcours et les signaux de ce que je lui demande avec imprudence. Je n'avais connu cette situation que dans les feuilletons et les films français de la télévision, des publicités parfois.








2011 2010








Quand l'idée même de réel s'est effritée puis est tombée, je n'ai plus eu la capacité de produire de formes. Il y aurait donc coïncidence du désenchantement du texte et du désenchantement des personnages.