Diégèse  vendredi 11 mai 2012



ce travail est commencé depuis 4515 jours et son auteur est en vie depuis 18968 jours (23 x 2371 jours) 2012

ce qui représente 23,8032% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav
Je sais que je suis déjà venu ici mais je ne me souviens de rien désormais et quand j'essaie de me souvenir, je suis pris de vertige comme dans les mythes le héros doit se soumettre au sortilège. Ce seront certainement des sortilèges bretons.
Nous nous promenons au bord de la mer. Il ne se passe rien et, c'était cela qui devait se passer, ce pas grand chose de la vie.
J'ai sommeil, épouvantablement.

Noëmie
Je ne peux pas t'aider. Je ne sais rien de tes souvenirs. Nous sommes allés de jour jusqu'au phare, qui n'éclaire donc pas encore. J'aimerais connaître les phares de ma vie, même éteints. Nous nous éloignons. Je regarde le phare qui devient plus petit. Le bateau d'excursion tangue un peu pour marquer ma lassitude, la lassitude. Mathieu, arrête de me regarder pleurer.

Mathieu
Comment sais-tu que je te regarde ? Je regarde ailleurs. Tout à l'heure, par exemple, j'ai regardé par la fenêtre les pavillons cossus mais pauvres, qui disent la vanité de tous les héritages. Ces fleurs dans le jardin, ce sont déjà des regrets, ce sont déjà des tombes et des condoléances.

Daniel
Planter des arbres ou même des fleurs, c'est se donner la certitude illusoire d'être encore un peu après.
Il y avait cette chanson, il y a une trentaine d'années, qui disait que c'était l'amour et que c'était la mort et je retiens que la langue française donne à l'amour et à la mort des assonances et des consonances qui rendent leur rapprochement facile, trop facile mais qui rendent leur rapprochement facile, merveilleusement facile.
Une autre chanson du même chanteur parlait de bandits insolents et drôles.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je ne sais rien de ses souvenirs. Ce sont déjà des regrets.
Ainsi, c'était cela qui devait se passer ? Sommeil. Être encore un peu après...
Je regarde le phare qui devient plus petit, le bateau d'excursion tangue un peu pour marquer la lassitude... Comment sais-tu que je te regarde ? J'ai regardé par la fenêtre les pavillons cossus mais pauvres, qui disent la vanité de tous les héritages.








2011 2010








Je ne me souviens de rien désormais et quand j'essaie de me souvenir, je suis pris de vertige comme dans les mythes le héros doit se soumettre au sortilège. Je retiens que la langue française donne à l'amour et à la mort des assonances et des consonances qui rendent leur rapprochement facile, trop facile mais qui rendent leur rapprochement facile, merveilleusement facile.