Diégèse  vendredi 18 mai 2012



ce travail est commencé depuis 4522 jours et son auteur est en vie depuis 18975 jours (3 x 52 x 11 x 23 jours) 2012

ce qui représente 23,8314% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav
Tout le pays ne parle que d'une seule affaire et cela provoque une sorte d'endormissement de l'âme. L'espace médiatique connaît une forme de saturation paroxystique qui déborde sur les conversations et finit par déborder aussi sur les promenades. Toutes et tous disent la même chose et ce qui se dit c'est qu'il n'y a pas beaucoup de temps et quand il n'y a pas beaucoup de temps, il n'y a pas beaucoup de temps. Alors, la journée se passe sans aucun moment de calme, sans détente, jusqu'au soir, jusqu'au repos saturé lui aussi de sommeil.

Mathieu
Cette agitation se comporte comme un tout et ce tout n'est pas vraiment complexe car il devient un et l'un ne peut pas être complexe car au contraire l'unité, la simplicité, c'est-à-dire l'inséparabilité est la propriété de l'un.
Mais je ne sais pas ce qui m'arrive à proférer ainsi des prophéties inversées.  C'est sans doute le printemps qui n'est pas un printemps, qui ne l'est jamais et qui préfère, toujours, jouer la fin de l'hiver, puis annoncer l'été. C'est sans doute cela, la saison oxymore qui rend fou.

Noëmie
C'est le printemps ou c'est la Bretagne radioactive. Je suis déjà venue plusieurs fois à Saint-Brieuc, m'étonnant de cette ville cassée en deux qui joue avec ses viaducs. Je n'ai pas partagé l'agitation du monde et toute la journée s'est passée au calme du calme doux de ton absence présente avec moi, qui flotte.

Daniel
Je suis d'accord avec le terme prophétie inversée et l'écriture aussi est une prophétie inversée.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

L'écriture aussi est une prophétie inversée.
Quand il n'y a pas beaucoup de temps, il n'y a pas beaucoup de temps. Et tout le pays ne parlerait que d'une seule affaire. Car au contraire l'unité, la simplicité, c'est-à-dire l'inséparabilité... (Descartes - Les Méditations métaphysiques)
Je suis déjà venu plusieurs fois à Saint-Brieuc, m'étonnant de cette ville cassée en deux... Toute la journée se passe au calme du calme doux de ton absence présente avec moi, qui flotte... La journée s'est passée sans aucun moment de calme, sans détente, jusqu'au soir, jusqu'au repos.








2011 2010








... tout cela provoquait une sorte d'endormissement de l'âme. C'est sans doute le printemps qui n'est pas un printemps, qui ne l'est jamais et qui préfère, toujours, jouer la fin de l'hiver, puis annoncer l'été.