Diégèse  mercredi 30 mai 2012



ce travail est commencé depuis 4534 jours et son auteur est en vie depuis 18987 jours (3 x 6329 jours) 2012

ce qui représente 23,8795% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Daniel
Il m'arrive encore d'écrire sur le motif comme le fait un peintre, jusqu'à ce que le réel au monde se retourne et ne tente l'existence que pour devenir ce motif de l'écriture. En cela, l'écriture se fait création. Quand j'écrivais, quand j'écrivais beaucoup, j'avais parfois l'impression que le temps ne passait que pour que je puisse écrire et que les nuages me demandaient avec insistance, ces gros nuages noirs, de les décrire avec passion. La nature se faisait ainsi désir et c'est bien le désir qui agite l'écriture.
Ainsi, toute écriture qui prend l'anamnèse pour sujet apparent est vouée à l'échec, car il serait entièrement inutile d'écrire pour pouvoir dire des souvenirs, pour les fixer, pour pouvoir dire des souvenirs d'amour et tenter d'y circonscrire le désir.
Pourtant, je suis déjà venu, amoureux, à Taulé.
Et puis quoi ?

Mathieu
J'espère comme toi qu'il y a un peu de désir dans notre récit, mais ce n'est pas certain. Jusqu'à présent, nous sommes tous comme empêchés, entravés, et toutes les tentatives de sortie, toutes les tentatives d'infléchissement de notre récit ont échoué. C'est ainsi que je suis un personnage qui vieillit et j'attends le temps où je serai peut-être un fardeau pour moi-même, avec autour de moi tout le mystère des autres, aux regards émus.

Noëmie
Moi je passe un peu de temps blottie près de l'ancienne église de Taulé sans vraiment oser partir pour cette promenade dans la forêt de Lannuzouarn. Il y aurait l'Ankou et puis des sortilèges.
Enfin je pars.
Il y avait là du faux.

Gustav
Le jour-même est un récit et quand vient le soir le soleil éclipsé est un instant déçu que ce soit déjà terminé.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Nous étions tous comme empêchés, entravés, et toutes les tentatives de sortie, toutes les tentatives d'infléchissement de notre récit ont échoué. Je pars.
... le soleil éclipsé un instant déçu que ce soit déjà terminé... Et puis quoi ? ... je serai peut-être un fardeau pour moi-même, avec autour de moi tout le mystère des autres, aux regards émus...
Je passe un peu de temps blotti près de l'ancienne église de Taulé sans vraiment oser partir pour cette promenade dans la forêt de Lannuzouarn.
Il y avait là du faux.








2011 2010








Quand j'écrivais, quand j'écrivais beaucoup, j'avais parfois l'impression que le temps ne passait que pour que je puisse écrire et que les nuages me demandaient avec insistance, ces gros nuages noirs, de les décrire avec passion. Je retiens donc qu'il serait entièrement inutile d'écrire pour pouvoir dire des souvenirs, pour les fixer, pour pouvoir dire des souvenirs d'amour et tenter d'y circonscrire le désir.