Diégèse  samedi 3 mars 2012



ce travail est commencé depuis 4446 jours et son auteur est en vie depuis 18899 jours (18899 = nombre premier) 2012

ce qui représente 23,5251% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav Nous n'irons pas car la ville produit des images usées qui sont comme accompagnées de musique, qui sont déjà passées, abîmées. Pourtant, j'y suis allé pour confronter le souvenir et son absence dans une ville qui n'est pas une ville, une ville qui est un souvenir et qui est le souvenir le plus banal. Et ce souvenir, c'est Venise. Et cette chose, c'est Venise. Nous n'irons donc pas à Venise, dans ce voyage qui ne fait que commencer pourtant.

Mathieu
Nous irions à Venise si nous étions en voyage, mais nous ne sommes pas en voyage.

Daniel
Je vous trouve sévères avec Venise. La ville provoque des sensations, provoque encore des sensations mais elles demeurent la friche de la pensée même, sans autre mérite que de provoquer des infra pensées, crises et angoisse. C'est pour cela que c'est la ville des amoureux qui conjurent la mort par d'infimes petites morts.

Noëmie
Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le cœur me fend


Daniel
C'est un poème d'Aragon. Mais le ciel est aujourd'hui de lait.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Parfois je vais confronter le souvenir et son absence dans une ville qui n'est pas une ville, une ville qui est un souvenir et qui est le souvenir le plus banal. Et cette chose, c'est Venise ?
Nous ne sommes pas en voyage.
... elles demeurent la friche de la pensée même, sans autre mérite que de provoquer des infra pensées, crises et angoisse.
Dans ce voyage qui ne fait que commencer pourtant...
Le ciel est de lait.








2011 2010








La ville produit des images usées qui sont comme accompagnées de musique, qui sont déjà passées, abîmées. Un grand soleil d'hiver éclaire la colline
Que la nature est belle et que le cœur me fend - Aragon - Strophes pour se souvenir.