Diégèse  vendredi 9 mars 2012



ce travail est commencé depuis 4452 jours et son auteur est en vie depuis 18905 jours (5 x 19 x 199 jours) 2012

ce qui représente 23,5493% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav Je ne peux me détacher de cette idée que la vie pourrait être mise en récit, que ce récit aurait un sens et que ce sens pourrait être partagé avec d'autres qui seraient des lecteurs ou des spectateurs. Mettre la vie en récit changerait alors la vie. Mais c'est un fantasme, je le sais. Et ce fantasme, ce fantasme fantasmé, ce fantasme fantasmatique ne s'actualise évidemment jamais et la vie n'est jamais changée car la vie ne change pas et l'on n'en finit pas avec la tristesse. Je le sais parfaitement.

Noëmie
Tu as raison. Nous sommes ainsi voués à la tristesse et à ton souvenir absent même si je parviens parfois à les dissocier l'une de l'autre.

Mathieu
Et l'âge vient sans que jamais le récit se dessine véritablement. Tout cela devient encombré d'un fatras éprouvant de vieilleries, jusqu'à nos rides dans lesquelles vient s'amonceler une poussière folle. Aujourd'hui encore, c'est une journée pleine et vide qui s'est déroulée devant moi, sur le bitume gras de la ville qui peine à sortir de l'hiver.
Me suis-je jamais senti jeune ? Il n'y a que les vieillards pour se sentir jeunes et je me souviens bien de journées où je me sentais d'un âge terriblement avancé, alors que j'avais à peine dix ans.

Daniel
Je sais qu'ils voudraient que je leur donne une histoire avec de l'action, de l'amour et des rebondissements. Qu'y puis-je ? Est-ce qu'ils vont prendre une histoire comme on prend un café dans un bar en passant, en se promenant ? Les bonnes histoires ne se trouvent pas dans les bars.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je suis ainsi vouée à la tristesse et à ton souvenir même si je parviens parfois à les dissocier l'un de l'autre. Je le sais parfaitement.
Est-ce qu'ils vont prendre une histoire comme on prend un café dans un bar en passant, en se promenant ?



... et des rides dans lesquelles vient s'amonceler la poussière folle. C'est une journée pleine et vide qui s'est déroulée devant moi, sur le bitume gras de la ville qui peine à sortir de l'hiver.








2011 2010








Il n'y a que les vieillards pour se sentir jeunes et je me souviens bien de journées où je me sentais d'un âge terriblement avancé, alors que j'avais à peine dix ans. Et ce fantasme, ce fantasme fantasmé, ce fantasme fantasmatique ne s'actualise évidemment jamais et la vie n'est jamais changée car la vie ne change pas et l'on n'en finit pas avec la tristesse.