Diégèse  lundi 19 mars 2012



ce travail est commencé depuis 4462 jours et son auteur est en vie depuis 18915 jours (3 x 5 x 13 x 97 jours) 2012

ce qui représente 23,5897% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav Nous sommes à Rieti et Rieti offre peu de reliefs, si ce n'est le soir qui vient, urbain mais glacé et sans espoir, sans grand espoir de détente, sans espoir, sans grand espoir de tendresse. Je sais que les Alpes sont encore proches, consternantes même si je n'ai pas de souvenirs et si j'ai donc très peu de sensations. Ressentir, c'est toujours un peu de temps qui passe. Et le temps qui passe est dramatique. Mais c'est d'accord, il n'y aura pas de drame.
 

Noëmie
C'est vrai. Nous sommes à Rieti et je rêve de m'ennuyer encore avec toi ou sans toi et ne plus rien dire, ne plus jamais rien dire.

Mathieu
Nous ne devrions plus passer par Rieti. Cette ville ne nous réussit pas.

Daniel
La déprime des personnages est déceptive. On leur laisse tout l'espace du texte pour exister et ils le refusent comme des enfants à table qui jouent avec leur nourriture sans manger. Pourtant, avant le texte, tout est possible au texte, il n'y a dès lors plus aucun commentaire à faire, à écrire. Mais aucun texte ne dit cela.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est d'accord, il n'y aura pas de drame. Rieti offre peu de reliefs, si ce n'est le soir qui vient, urbain mais glacé et sans espoir, sans grand espoir de détente, sans espoir, sans grand espoir de tendresse.
Mais aucun texte ne dit cela.


Les Alpes sont encore proches, consternantes... ... m'ennuyer encore avec toi ou sans toi et ne plus rien dire.








2011 2010








Je n'ai pas de souvenirs et j'ai donc très peu de sensations. Ressentir, c'est toujours un peu de temps qui passe. Puisque "avant le texte, tout est possible au texte", il n'y a plus de commentaire...