Diégèse  mercredi 21 mars 2012



ce travail est commencé depuis 4464 jours et son auteur est en vie depuis 18917 jours (18917 = nombre premier) 2012

ce qui représente 23,5978% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain






Ce qui s'écrit
Gustav C'est une des destinations de ce voyage recommencé que je préfère, cette plaine artificielle, comme l'aire d'atterrissage d'une soucoupe volante, provisoirement occupée de paraboles qui, de loin, paraissent comme des jouets. J'adore cet endroit.

Daniel
Ces antennes doivent bien émettre quelque chose et je pourrais utiliser ces antennes, ces paraboles, ces émetteurs pour transmettre un message, pour crier un texte à message. Qu'est-ce que vous crieriez, vous ?

Mathieu
Un poème d'Aragon qui chanterait... vous voudriez au ciel bleu croire, je le connais ce sentiment, j'y crois aussi moi par moment comme l'alouette au miroir. Avec de la musique et j'entends comme le ton baroque des instruments anciens.

Noëmie
Je dirais moi que tous les voyages sans toi sont un seul et même voyage d'attente, de diversion, que sans toi je ne suis jamais sûre de rien. Et j'ajouterais que quand tu étais là, je n'avais rien à dire de cela.

Daniel
Vous dites tout cela parce que nous sommes déjà venus et que vous vous en souvenez. Gustav ne se souvient pas, lui, qu'il s'agit du décor principal d'un film qui l'a rendu célèbre. Et c'est bien cela, le parcours du souvenir, le travail du souvenir, le travail de se souvenir, nous conduit de l'absence dans la présence vers la présence dans l'absence.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Tous les voyages sans toi sont un seul et même voyage d'attente, de diversion. Je pourrais utiliser ces antennes, ces paraboles, ces émetteurs pour transmettre un message, pour crier un texte à message. Vous voudriez au ciel bleu croire, Je ne suis jamais sûr de rien.



... comme le ton baroque des instruments anciens... 








2011 2010








Je n'avais rien à dire sur cela. Je retiens que le parcours du souvenir, que le travail du souvenir, le travail de se souvenir, me conduit de l'absence dans la présence vers la présence dans l'absence.