Diégèse  mercredi 14 novembre 2012



ce travail est commencé depuis 4702 jours (2 x 2351 jours) et son auteur est en vie depuis 19155 jours (3 x 5 x 1277 jours) 2012

ce qui représente 24,5471% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Gustav
Je suis contraint de constater que cette histoire n'a pas de sens particulier, ne me fait pas retrouver de sens particulier. J'ai pourtant engagé auprès de moi un écrivain car je pensais qu'il pourrait suppléer à ma propre fragmentation par l'unité du texte à écrire. Il n'en a rien fait et je crois désormais savoir que cette continuité n'est que fantasme et que le réel est par essence discontinu. Pourtant, il pourrait y avoir une unité, qui ne serait que celle de l'amour, avec toi qui parlerais de ce froid qui te prend, que je te prends, qui te plaindrais comme si tu pouvais comprendre enfin ce petit sursaut de l'imagination, qui ne te demande vraiment rien, pas même un peu de compréhension. Je ne savais pas qu'il pouvait ainsi faire froid en Sicile.

Daniel
Ce n'est pas une question de continuité, ce n'est même pas une question de fragment, mais il s'agirait bien qu'il y ait de la tension,  de l'énergie, au sens grec de "force en action" ενεργεια - qui permet de fabriquer le texte. Nous demeurons des voyageurs dans cet espace électronique qui n'a de fait aucune énergie, qui ne donne à ses utilisateurs, aucune énergie. L'écriture, ne s'inscrit pas, comme le dit Foucault dans "un espace neutre et blanc (...) dans le rectangle d'une feuille de papier" et j'ajoute, serait-elle de pixel.

Mathieu
Je ne suis pas d'accord. Nous vivons et il n'y a pas d'histoire car nous ne nous aimons pas assez et surtout nous ne nous connaissons pas assez. Seule la connaissance de l'autre peut dépasser l'état nécessaire, mais seulement nécessaire, l'état de tolérance, et conduire de la tolérance, de la nécessaire tolérance, de l'indispensable tolérance, à l'amour, à l'indispensable amour. Pour le reste, il n'y a que le temps qui passe, ce temps-même qui me fait vieillir et pour lequel j'évite encore tous les miroirs.

Noëmie
On termine parfois les lettres par : dans cette attente... Je me suis toujours demandé ce dont il s'agissait. Étions dans cette attente de Termini Imeresi pris par les premiers froids de l'automne. Non, c'est seulement que c'était presque sur la route. Je me souviens aussi d'une chanson, du refrain : raconte pas ta vie. Nous racontons encore trop nos vies ici. Ou alors nous faisons semblant. Il y a le temps et l'Italie et pour compléter la panoplie, parce que tu sais que j'aime le froid, tu m'en donnes un peu encore, un cadeau de froid précieux, de celui dont on ne revient pas, du froid terrible et sans chaleur aucune.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je crois savoir que cette continuité n'est que fantasme et je sais que le réel est par essence discontinu. ... c'était presque sur la route.
Je me souviens aussi d'une chanson, du refrain : raconte pas ta vie. Seule la connaissance de l'autre peut dépasser l'état nécessaire, mais seulement nécessaire, l'état de tolérance, et conduire de la tolérance, de la nécessaire tolérance, de l'indispensable tolérance, à l'amour, à l'indispensable amour.

... il me fait vieillir et j'évite encore tous les miroirs. ... et toi, qui parlerais de ce froid qui te prend, que je te prends, qui te plaindrais comme si tu pouvais comprendre enfin ce petit sursaut de l'imagination, qui ne te demande vraiment rien, pas même un peu de compréhension... Et pour compléter la panoplie, parce que tu sais que j'aime le froid, tu m'en donnes un peu encore, un cadeau de froid précieux, de celui dont on ne revient pas, du froid terrible et sans chaleur aucune.








2011 2010








J'ai engagé auprès de moi un écrivain car je pensais qu'il pourrait suppléer à ma propre fragmentation par l'unité du texte à écrire. Je retiens que la tension - l'énergie au sens grec de "force en action" ενεργεια - qui permet de fabriquer le texte, c'est à dire l'écriture, ne s'inscrit pas, comme le dit Foucault dans "un espace neutre et blanc (...) dans le rectangle d'une feuille de papier".