Diégèse  jeudi 15 novembre 2012



ce travail est commencé depuis 4703 jours (4703 = nombre premier)
et son auteur est en vie depuis 19156 jours (22 x 4789 jours) 2012

ce qui représente 24,5511% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Mathieu
Je reviens à Cefalù. Je fais un pas puis un autre pas et je ne me rappelle rien d'autre que ce pas puis cet autre pas. Je regarde le paysage, qui est aussi le temps qui passe, liés, intimement liés. Dans le matin froid de l'appel, je n'entendais plus ta voix. Ce sera désormais toujours Cefalù sans toi.

Noëmie
Je me souviens de la première fois où je suis venue ici. La ville me disait qu'il fallait dénouer le destin enchevêtré. Mais rien de noué n'était à dénouer. Le destin n'est que fantasme. Et nous sommes toujours le même seul esprit et le même seul corps errant à Cefalù, parfois.

Gustav
Cette unité de l'esprit serait rassurante, voire consolante, si l'on ne pouvait quotidiennement faire l'expérience du contraire. Nous sommes plusieurs et cela nous fait peur. Si je taisais ces peurs et tout cela qui ne me dit plus rien, je ne reviendrais plus à Cefalù.

Daniel
Je ne sais pas ce qu'ils racontent mais je crois qu'il faudrait que les personnages accélèrent. Mais c'est peut-être qu'il n'y a peut-être pas encore de scénario.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Il n'y a peut-être pas encore de scénario. La ville me disait qu'il fallait dénouer le destin enchevêtré.
Il faudrait que les personnages accélèrent.
Cette unité de l'esprit serait rassurante, voire consolante, si l'on ne pouvait quotidiennement faire l'expérience du contraire.
Je reviens à Cefalù. ... si je taisais ces peurs et tout cela qui ne me dit plus rien. Dans le matin froid de l'appel, je n'entendais plus ta voix...








2011 2010








Je fais un pas puis un autre pas et je ne me rappelle rien d'autre que ce pas puis cet autre pas. Je regarde le paysage, qui est aussi le temps qui passe, liés, intimement liés...