Diégèse  jeudi 22 novembre 2012



ce travail est commencé depuis 4710 jours et son auteur est en vie depuis 19163 jours (19163 = nombre premier) 2012

ce qui représente 24,5786% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Gustav
Je n'ai plus de passé. Depuis que je ne me souviens plus, je suis là et si je m'absente, c'est dans ce paysage qui me construit un imaginaire présent. Ainsi, sans mémoire, le réel se fait plus proche.

Mathieu
Mais cela ne veut pas dire que tu n'attends rien car tu as la sensation du temps qui passe. Or, le temps qui passe n'est jamais que le temps de l'attente.

Noëmie
Mais les souvenirs ne sont jamais que quelques images molles et surexposées. Je sais que ces mots sont durs et j'utilise des mots durs car je dois faire attention. Je ne sais pas à quoi mais je dois faire attention.

Daniel
C'est peut-être cela le goût de l'amnésie partielle de Gustav, le goût de ne plus pleurer en ne se souvenant plus. Moi aussi je pourrais m'alléger. Ce serait si rapide, et ce serait si facile d'oublier les personnages, d'oublier ces semaines avec eux, toutes ces semaines. Ce serait plus facile de ne pas écrire.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est peut-être cela le goût de l'amnésie partielle de Gustav, le goût de ne plus pleurer en ne se souvenant plus. J'utilise des mots durs car je dois faire attention.
Et ce serait si rapide, et ce serait si facile d'oublier les personnages, d'oublier ces semaines avec eux, toutes ces semaines.



... quelques images molles et surexposées...








2011 2010








Depuis que je ne me souviens plus, je suis là et si je m'absente, c'est dans ce paysage qui me construit un imaginaire présent. Le temps qui passe n'est jamais que le temps de l'attente.