Diégèse  lundi 15 octobre 2012



ce travail est commencé depuis 4672 jours et son auteur est en vie depuis 19125 jours (32 x 53 x 17 jours) 2012

ce qui représente 24,4288% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Mathieu
Je n'écris pas. J'écris mais je n'écris pas. Je ne fais pas d'écriture. Je ne fais pas de littérature. J'avais un temps pensé à écrire mais je sais que si j'écrivais, je n'écrirais jamais rien d'autre que des chroniques nécrologiques. Et je pense à toi, dans les rues de ta ville, qui marche et pleure parfois aux souvenirs de l'enfance. Tu n'as eu le temps de rien, juste le temps de passer, quelques vacances, rien...

Noëmie
Arrête de pleurer. Viens avec moi. Nous pourrons voir les paysages, la vie et le temps même. Je sais que des temps et des temps de silence ne seront jamais suffisants. Mais nous pouvons essayer.

Daniel
S'il s'agit d'avoir le temps, je retiens que l'écriture me conduit souvent vers un monde fantasmatique qui est un monde où "j'aurais le temps". Alors j'écris. J'ai le temps. Je l'ai bien eu.

Gustav
Parfois je pense que la deuxième partie de mon voyage, qui est la partie de la mémoire, qui est la partie de l'histoire, et qui est donc la partie de la mythologie va bientôt commencer. Mais je ne sais jamais quand commence la deuxième partie. Je ne sais même pas si le voyage a vraiment commencé.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... la deuxième partie de mon voyage, qui est la partie de la mémoire, qui est la partie de l'histoire, et qui est donc la partie de la mythologie. Nous pourrons voir les paysages, la vie et le temps même...




Des temps et des temps de silence ne seront jamais suffisants. Je pense à toi, dans les rues de ta ville, qui marche et pleure parfois aux souvenirs de l'enfance... ... juste le temps de passer, quelques vacances, rien...








2011 2010








J'avais un temps pensé à écrire mais je sais que si j'écrivais, je n'écrirais jamais rien d'autre que des chroniques nécrologiques. Je retiens que l'écriture me conduit souvent vers un monde fantasmatique qui est un monde où "j'aurais le temps".