Diégèse  dimanche 28 octobre 2012



ce travail est commencé depuis 4685 jours et son auteur est en vie depuis 19138 jours (2 x 7 x 1367 jours) 2012

ce qui représente 24,4801% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Noëmie
Nous serons bientôt à l'approche de l'Italie d'automne et les nouvelles d'un monde épars et troublé me parviennent même. Je pourrais entendre si j'étais plus attentive encore des bruits de guerre, des bruits. Alors nous allons vers l'Italie. Je ne sais pas si je choisis l'hiver pour l'Italie ou si l'Italie ne m'accepte qu'en hiver, quand les plages sont vidées, quand les hôtels ferment, quand le pays entier peut se livrer au culte des processions et et de la superstition. Il n'y a que l'Italie qui puisse me préparer doucement au Nord.

Gustav
Je me souviens, je crois, de ce voyage italien, du détroit de Messine et d'un peu de Sicile mais tout cela n'est que reconstitution, je le crains. Cependant, c'est peut-être une transition vers un retour du souvenir. Pour autant, tout souvenir n'est jamais qu'une reconstitution. Mais c'est peut-être un espoir.


Mathieu
Il ne faut pas l'écouter parler de ses souvenirs. Il a une certaine habitude de juger inconsidérément, aurait pu dire Descartes. Il prend ses souvenirs pour des récits reconstitués quand ce sont ces récits qui le reconstituent. Et moi je suis seul dans cette chambre trop douce. Mais il y a de la douceur dans la solitude comme il y a de la douceur dans l'automne et même dans l'hiver et cette douceur réside entièrement dans l'atténuation du monde, l'atténuation des bruits, l'atténuation des couleurs. C'est de cette atténuation que viennent les souvenirs.

Daniel
Je fabrique des souvenirs complexes qui donnent des texte complexes. Pastichant Péguy je peux affirmer que j'écris des textes complexes parce que le monde est complexe car le monde ne craint pas, en fait ne craint pas du tout la complication, la complexification.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je ne sais pas si je choisis l'hiver pour l'Italie ou si l'Italie ne m'accepte qu'en hiver, quand les plages sont vidées, quand les hôtels ferment, quand le pays entier peut se livrer au culte des processions et et de la superstition. Mais c'est peut-être une transition...
C'est peut-être un espoir. Car le monde ne craint pas, en fait ne craint pas du tout la complication, la complexification. ... il a une certaine habitude de juger inconsidérément.
... me préparer doucement au Nord... ... mais tout cela n'est que reconstitution. ... cette chambre trop douce...








2011 2010








... les nouvelles d'un monde épars et troublé me parviennent même. Il y a de la douceur dans la solitude comme il y a de la douceur dans l'automne et même dans l'hiver et cette douceur réside entièrement dans l'atténuation du monde, l'atténuation des bruits, l'atténuation des couleurs.