Diégèse  mercredi 31 octobre 2012



ce travail est commencé depuis 4688 jours et son auteur est en vie depuis 19141 jours (19141 = nombre premier) 2012

ce qui représente 24,4919% de la vie de l'auteur

hier
L'atelier du texte demain





Agrandir le plan

Ce qui s'écrit
Mathieu
Je n'irai pas à Venise. D'ailleurs, il ne faudrait jamais aller à Venise pour garder cette possibilité une fois seulement donnée d'y aller pour la première fois. C'est une contrainte que je me donne mais je sais que les contraintes que je me donne ne viennent jamais que s'ajouter au lit de contraintes que je n'ai pas choisies.

Noëmie
J'aime bien Venise et je m'y promène doucement au regard des choses, au regard des passants. Je n'imagine pas, je n'imagine plus, je regarde. Je te regarde. Les rides autour de tes yeux sont un écrin.

Gustav
Moi, je regarde New-York à la télévision. Le paysage se remet doucement de cet autre coup de vent.

Daniel
Je ne me souviens plus si les personnages sont allés à Venise ou non. Avec le jeu des calendriers, je pourrais peut-être le retrouver. Mais il faut parfois laisser tranquilles les personnages, les laisser faire comme ils souhaitent, les laisser faire comme ils veulent et les laisser même ne rien faire et les laisser même se taire ou partir en voyage et même à Venise, sans l'auteur.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je me promène doucement au regard des choses, au regard des passants...
Je n'imagine pas, je n'imagine plus, je regarde. Il faut parfois laisser tranquilles les personnages, les laisser faire comme ils souhaitent, les laisser faire comme ils veulent et les laisser même ne rien faire et les laisser même se taire ou partir en voyage...


... le paysage se remet doucement de cet autre coup de vent. ... les rides autour de tes yeux sont un écrin. Avec le jeu des calendriers, je pourrais peut-être le retrouver.








2011 2010








Il ne faudrait jamais aller à Venise pour garder cette possibilité une fois seulement donnée d'y aller pour la première fois. Les contraintes que je me donne ne viennent jamais que s'ajouter au lit de contraintes que je n'ai pas choisies.