Diégèse

samedi 3 août 2013
ce travail est commencé depuis 4964 jours
et son auteur est en vie depuis 19417 jours (19417 = nombre premier) 2013
ce qui représente 25,5652% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Noëmie J'écoute des chansons toute la journée en me promenant à pied dans Paris, et je range le plus soigneusement les images des rues de Paris pour les appeler, plus tard, plus loin, dans le flou de nouveaux paysages. Des hommes me regardent, certains surpris, certains amusés, et d'autres encore intéressés. Cela me flatte mais je sais avec La Rochefoucauld que la flatterie est une fausse monnaie qui n'a de cours que par notre vanité. Je chante des chansons d'été dans lesquels il y a de nombreux produits d'appel : le soleil, la mer et le sexe. Ce sont des chansons de consommateurs plutôt que d'amoureux et ces histoires d'été font leur goût et les précipitent dans les magasins. De ces autres étés de l'adolescence, je ne me souviens de rien. J'imagine des maisons où tout le monde joue du piano et où la vie se découvre au grain d'une peau, à un souffle.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Et ces histoires font leur goût et les précipitent dans les magasins. Je ne me souviens de rien.
Tout le monde joue du piano.
... au grain d'une peau, à un souffle...
... rangeant le plus soigneusement les images des rues de Paris pour les appeler, plus tard, plus loin, dans le flou de nouveaux paysages.








2012 2011 2010







J'écoute des chansons toute la journée en me promenant à pied dans Paris. La flatterie est une fausse monnaie qui n'a de cours que par notre vanité.
François de La Rochefoucauld
Maximes
Il y a de nombreux produits d'appel : le soleil, la mer et le sexe.