Diégèse

mercredi 21 août 2013
ce travail est commencé depuis 4982 jours
et son auteur est en vie depuis 19435 jours (5 x 132 x 23 jours)
2013
ce qui représente 25,6342% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Daniel Il y a de nombreuses façons de considérer les vacances, de regarder les vacances telles qu'elles se mettent en scène partout et jusque dans les lieux les moins appropriés. Mais ce qui se met en scène dans cette histoire de vacances, c'est le désir qui n'est le plus souvent qu'un désir de consommation.  Récemment, j'ai ainsi été envoyé vers des spécialistes des troubles du désir qui m'ont conseillé de prendre des vacances comme s'ils ignoraient ce que l'on sait, au moins depuis La Rochefoucauld : il y a des rechutes dans les maladies de l'âme, comme dans celles du corps. Ce que nous prenons pour notre guérison n'est le plus souvent qu'un relâche ou un changement de mal. Vacances ou non, mes troubles du désir, qui sont aussi des troubles de désir de consommation, demeurent.
Mais la fin des vacances approche et il faudra repartir quand le moment viendra, retrouver la route et le paysage pourtant inchangé qui ne nous ressemblera plus. Sur la route du départ, sur la route du retour, on regarde le paysage et on invente des texte. Le plus souvent, l'idée en est de montrer une nostalgie douce et volontiers littéraire. Il s'agirait encore de consommer.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
J'ai été envoyé vers des spécialistes des troubles du désir. On regarde le paysage.
L'idée est de montrer une nostalgie douce et volontiers littéraire. Sur la route du départ, sur la route du retour...











2012 2011 2010







Il y a de nombreuses façons de considérer les vacances, de regarder les vacances telles qu'elles se mettent en scène partout et jusque dans les lieux les moins appropriés.
Il y a des rechutes dans les maladies de l'âme, comme dans celles du corps. Ce que nous prenons pour notre guérison n'est le plus souvent qu'un relâche ou un changement de mal.
François de La Rochefoucauld
Maximes
Il faudra repartir quand le moment viendra, retrouver la route et le paysage pourtant inchangé ne nous ressemblera plus.