Diégèse

jeudi 18 avril 2013
ce travail est commencé depuis 4857 jours
et son auteur est en vie depuis 19310 jours (2 x 5 x 1931) 2013
ce qui représente 25,1528% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Gustav Je ne sais pas vraiment que choisir entre le printemps et la nuit. C'est qu'il y a le printemps et c'est qu'il y a la nuit. C'est qu'il y a la nuit et qu'il y a le printemps. Je regarde.  Parfois, au printemps, j'ai même l'impression, au delà de ce trouble qui m'a pris et qui fait que je ne me souviens pas, l'impression fugace que je me souviens. Je me promène dans le froid, mais faisait-il toujours froid, toujours aussi froid ? Je suis seul, de cette solitude, qui est parfois choisie et c'est alors une promenade, qui n'est parfois pas choisie et c'est alors un visage qui ne revient pas du miroir. J'erre vers les mirages bigarrés des rues. Je m'y impose avec élégance, avec cette bonne grâce dont La Rochefoucauld disait qu'elle est ce que le bon sens est à l'esprit. Je m'enfuis. C'est un échec.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
C'est un échec.

C'est qu'il y a le printemps et c'est qu'il y a la nuit.


... les mirages bigarrés des rues... Dans le froid, mais faisait-il toujours froid...







2012 2011 2010







Parfois, au printemps, j'ai même l'impression, au delà de ce trouble qui m'a pris et qui fait que je ne me souviens pas, l'impression fugace que je me souviens. La bonne grâce est au corps ce que le bon sens est à l'esprit.
François de La Rochefoucauld
Maximes
Je retiens la solitude, qui est parfois choisie et c'est alors une promenade, qui n'est parfois pas choisie et c'est alors un visage qui ne revient pas du miroir.