Diégèse

lundi 29 avril 2013
ce travail est commencé depuis 4868 jours
et son auteur est en vie depuis 19321 jours (1392 jours) 2013
ce qui représente 25,1954% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Gustav Lacan a montré que si nous parlons de la mort, nous n'y croyons pas, c'est un acte de foi, et La Rochefoucauld d'ajouter que la petitesse de l'esprit fait l'opiniâtreté ; et nous ne croyons pas aisément ce qui est au-delà de ce que nous voyons. La mort serait donc l'au-delà absolu. Ce n'est pas certain. Il y a aussi l'amour, et pour en rendre compte je n'aurais que l'art. Raconter l'amour, c'est faire apparaître une forme insistante mais diluée et qui incorpore la futilité à la nécessité. Il faudrait ainsi raconter comment le froid et les pleurs se mêlent, se mêlent aussi, ce qui ne se devine pas, ce qui se dévoilerait. Et cela finirait par des envies et un peu de douceur.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Nous parlons de la mort.

... je vais vous raconter comment le froid et les pleurs se mêlent, se mêlent aussi. ... ce qui ne se devine pas, ce qui se dévoilerait...

... qui racontent des envies et un peu de douceur...








2012 2011 2010







... pour en rendre compte je n'aurais que l'art.
La petitesse de l'esprit fait l'opiniâtreté ; et nous ne croyons pas aisément ce qui est au-delà de ce que nous voyons.
François de La Rochefoucauld
Maximes
... une forme insistante mais diluée et qui incorpore la futilité à la nécessité.