Diégèse

lundi 16 décembre 2013
ce travail est commencé depuis 5099 jours
et son auteur est en vie depuis 19552 jours (25 x 13 x 47 jours) 2013
ce qui représente 26,0792% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Gustav Je me demande combien de fois nous avons retrouvé cette ville qui regarde le Vésuve et combien de fois aussi nous l'avons perdue. Et je me demande aussi si le temps est venu d'arrêter ce voyage pour commencer à écrire vraiment. Alors, je me demande ce par quoi l'écriture viendra. Peut-être l'écriture viendra-t-elle plus tard, à la Trattoria, avec de la musique, et ce serait une vraie douceur, un véritable apaisement. La question est très certainement cette douceur, et il faudrait en conséquence que je l'accepte si je veux pouvoir écrire, ou si je le voulais. Car mon secret réside en cela que je ne veux pas écrire, que je ne le veux vraiment pas et que c'est en écrivant que je le dissimule. On n'a guère de défauts qui ne soient plus pardonnables que les moyens dont on se sert pour les cacher, affirme La Rochefoucauld. Et Descartes lui répond qu'il en est beaucoup qui cherchent, en osant s'attaquer à tout ce qu'il y a de plus solide, à passer pour intelligents.




2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... et il faudrait en conséquence que je l'accepte si je veux pouvoir écrire, ou si je le voulais.

... et ce serait une vraie douceur.
... et il en est beaucoup qui cherchent, en osant s'attaquer à tout ce qu'il y a de plus solide, à passer pour intelligents.
Descartes

Plus tard, à la Trattoria... ... avec de la musique... Je me demande si le temps est venu...







2012 2011 2010







Je me demandais combien de fois nous avions retrouvé cette ville qui regarde le Vésuve et combien de fois aussi nous l'avions perdue. On n'a guère de défauts qui ne soient plus pardonnables que les moyens dont on se sert pour les cacher.
François de La Rochefoucauld
Maximes
... ce par quoi l'écriture viendra...