Diégèse

jeudi 19 décembre 2013
ce travail est commencé depuis 5102 jours
et son auteur est en vie depuis 19555 jours (5 x 3911 jours) 2013
ce qui représente 26,0905% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Noëmie Je vais quitter bientôt l'Italie et pourtant je me dis que la vie en Italie serait plus douce. Je rêve. Je resterais à Anzio, définitivement. Comme un ragazzo, j'irais tous les soir dans un café perché, bruyant et personne au monde ne pourrait savoir où je suis ni qui je suis. Je pourrais alors attendre l'imprévu, regardant la salle et sondant avec habileté le désespoir des clients, prédisant sans crainte de me tromper la disparition programmée des personnages. Mais je vais quitter l'Italie et revenir, toujours, en Italie, selon le même itinéraire et je ne saurai rien de l'absence. C'est par orgueil que j'ai choisi une forme qui ne s'épuise pas et dont rien ne vient programmer la fin. Il suffit d'un peu moins de sommeil, juste moins que la veille pour que le monde semble plus calme, calmé, douché, transi et que s'apaise aussi la douleur de ne pas être seule, de ne pas être toujours le personnage principal de l'histoire. C'est l'orgueil qui me fait tenir et c'est aussi par orgueil que je supporte les intermittences des autres personnages. La Rochefoucauld a raison d'affirmer que l'orgueil a plus de part que la bonté aux remontrances que nous faisons à ceux qui commettent des fautes ; et nous ne les reprenons pas tant pour les en corriger que pour leur persuader que nous en sommes exempts.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je me dis que la vie en Italie serait plus douce. ... comme un ragazzo.
... la disparition programmée des personnages. ... il suffit d'un peu moins de sommeil, juste moins que la veille pour que le monde semble plus calme, calmé, douché, transi. ... personne au monde...
... dans un café perché, bruyant... ... ce qui était imprévu... ... sondant avec habileté le désespoir...







2012 2011 2010







... et je resterais à Anzio, définitivement... L'orgueil a plus de part que la bonté aux remontrances que nous faisons à ceux qui commettent des fautes ; et nous ne les reprenons pas tant pour les en corriger que pour leur persuader que nous en sommes exempts.
François de La Rochefoucauld
Maximes
C'est pour cela que j'ai choisi une forme qui ne s'épuise pas et dont rien ne vient programmer la fin.