Diégèse

mercredi 3 juillet 2013
ce travail est commencé depuis 4933 jours
et son auteur est en vie depuis 19386 jours (2 x 33 x 359 jours)
2013
ce qui représente 25,4462% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Daniel Pourquoi faut-il que nous ayons assez de mémoire pour retenir jusqu'aux moindres particularités de ce qui nous est arrivé, et que nous n'en ayons pas assez pour nous souvenir combien de fois nous les avons contées à une même personne ? dit La Rochefoucauld. Je suis moi aussi confronté à cet oubli, qui est aussi un souvenir. J'ai pensé un temps que la notation me permettrait de ne pas oublier et surtout, de ne pas me répéter. Il n'en est rien car celui qui répète ce qu'il a déjà dit rejoue, se rejoue. Je sais désormais que j'écris et que j'oublie ce que j'ai écrit à mesure que je l'écris, quand le souvenir demeure, se transforme et lui ne s'oublie pas. Ce que j'ai noté, que ce se soit passé, ou non, peu importe, devient une fiction qui n'est pas différente de toutes les fictions qui sont écrites, qui sont notées et qui sont des fictions. Ce sont les mots, ce sont les mêmes mots encore utilisés après avoir transmis tant de rires, tant de caresses. Il s'agit de puiser en dedans et non pas lutter du dehors, contre le dehors. J'écris mais après tous ces mots, je ne sais pas bien quel est mon rôle.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Dès lors ce que j'ai noté, que ce se soit passé, ou non, peu importe, devient une fiction qui n'est pas différente de toutes les fictions qui sont écrites, qui sont notées et qui sont des fictions.


... mais non pas lutter du dehors, contre le dehors...



... après avoir transmis tant de rires, tant de caresses.








2012 2011 2010







Je ne sais pas bien quel est mon rôle...
Pourquoi faut-il que nous ayons assez de mémoire pour retenir jusqu'aux moindres particularités de ce qui nous est arrivé, et que nous n'en ayons pas assez pour nous souvenir combien de fois nous les avons contées à une même personne ?

François de La Rochefoucauld
Maximes
Et puis j'écris et j'oublie ce que j'ai écrit à mesure que je l'écris, quand le souvenir demeure, se transforme et lui ne s'oublie pas.