Diégèse

dimanche 14 juillet 2013
ce travail est commencé depuis 4944 jours
et son auteur est en vie depuis 19397 jours (7 x 17 x 163 jours) 2013
ce qui représente 25,4885% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Noëmie Je suis arrivé le soir à Redon, j'y fêterai la République. J'aimerais y chanter que le jour d'espoir est arrivé. Je me souviens du 14 juillet à Paris, le ciel avec le bruit d'un avion. Et je voulais jouer le rôle de l'amoureuse effrayée par le bruit des avions sur les Champs-Elysées, blottie dans les bras d'un homme que j'aurais aimé mais je sais que je ne jouerai jamais que ce rôle-là. Sans doute parce que cela ne m'intéresse pas. Je me rappelle pourtant ce 14 juillet de notre adolescence. Nous étions comme des enfants qui ne connaissent pas encore les images, entièrement l'un à l'autre dans le vide de la fête, dans cet amour infini qui ne connait pas la peine à son annonce. Il y a une certaine sorte d'amour dont l'excès empêche la jalousie nous apprend La Rochefoucauld. Il s'agissait bien alors de cet amour-là. Puis, tout de suite après, je me souviens de notre peine, plus tard et si soudainement. Alors, à quoi bon écrire quand aucune phrase, quand aucun texte ne pourra provoquer l'émotion intense que provoquaient en moi ces quelques mots et ta voix tranquillement diffuse. Je t'aime.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

Nous sommes comme des enfants qui ne connaissent pas encore les images.
Ce sera le ciel avec le bruit d'un avion. Le jour d'espoir est arrivé. Je ne jouerai jamais que ce rôle-là.
Je suis arrivé le soir à Redon, j'y fêterai la République.








2012 2011 2010







Mais cela ne m'intéresse pas. Il y a une certaine sorte d'amour dont l'excès empêche la jalousie.
François de La Rochefoucauld
Maximes
... à quoi bon écrire quand aucune phrase, quand aucun texte ne pourra provoquer l'émotion intense que provoquent en moi ces quelques mots et ta voix tranquillement diffuse.