Diégèse

dimanche 21 juillet 2013
ce travail est commencé depuis 4951 jours
et son auteur est en vie depuis 19404 jours (22 x 32 x 72 x 11 jours) 2013
ce qui représente 25,5154% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Gustav Je retrouve à Carnac un des lieux de l'inspiration de Barrès, cette inspiration spirituelle accrochée à son temps. Je regarde les mégalithes et me vient à l'esprit un flanc de bord de Seine qui accueille volontiers une scène dont je suis bien sûr incapable de savoir si c'est un film, une pièce, un roman ou un épisode de ce que j'appelle même plus "ma vie". Et je passe à autre chose. Je crois avoir trouvé pourquoi j'ai soudainement perdu mes souvenirs, sans doute pour ne plus avoir à me souvenir de ces associations incessantes et stériles de mon imagination. J'ai le cerveau qui tourne vite. Il ne peut engranger toutes les impressions qu'il suscite. Pourtant, il faudrait mettre en mémoire, dans une mémoire vive, dans une mémoire de grande vivacité tout ce qui fait la justesse folle de la vie, c'est à dire la grâce absolue de l'instant qui ne devra pas durer. Un instant chasse l'autre. Un souvenir chasse l'autre comme les amours se bousculent. C'est cela la perpétuelle histoire de l'éclipse. Il y a dans le cœur humain une génération perpétuelle de passions, en sorte que la ruine de l'une est presque toujours l'établissement d'une autre nous dit La Rochefoucauld. Je vais dormir maintenant...


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... mais je suis bien sûr incapable de savoir si c'est un film, une pièce, un roman ou un épisode de ce que j'appelle même plus "ma vie". Je regarde les mégalithes...
L'histoire de l'éclipse. Il faudrait mettre en mémoire, dans une mémoire vive, dans une mémoire de grande vivacité... Me vient à l'esprit un flanc de bord de Seine...
Je retrouve à Carnac un des lieux de l'inspiration de Barrès...
... mais qui ne devra pas durer.







2012 2011 2010







Je crois avoir trouvé pourquoi j'ai soudainement perdu mes souvenirs.
Il y a dans le cœur humain une génération perpétuelle de passions, en sorte que la ruine de l'une est presque toujours l'établissement d'une autre.
François de La Rochefoucauld
Maximes
Je vais dormir maintenant...