Diégèse lundi 10 juin 2013


ce travail est commencé depuis 4910 jours (2 x 5 x 491 jours) et son auteur est en vie depuis 19363 jours (172 x 67 jours) 2013

ce qui représente 25,3576% de la vie de l'auteur

hier  
L'atelier du texte demain




Mathieu Les paysages, une fois décrits, sont des états d'âme et mes paysages sont toujours tourmentés. C'est pourquoi j'ai renoncé aux promenades et j'ai recherché l'insouciance, cette insouciance rare qui n'est ni d'ici ni de là et qui est une profonde absence au monde pour une meilleure présence au monde. Mon absence succède à ma présence, au-delà de toute métaphore, comme la nuit succède au jour et comme le jour succède à la nuit. Enfin, sans plus d'interprétation, cesse le réel, ce que l'on nomme réel et qui n'est que récit. Il n'y a plus de sentiment. Plus rien ni personne ne plait ou ne déplaît, car, comme le dit La Rochefoucauld, tous les sentiments ont chacun un ton de voix, des gestes et des mines qui leur sont propres. Et ce rapport bon ou mauvais, agréable ou désagréable. est ce qui fait que les personnes plaisent ou déplaisent.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
... mais de cette insouciance rare qui n'est ni d'ici ni de là et qui est une profonde absence au monde pour une meilleure présence au monde. Et puis cesse le réel...
... comme la nuit succède au jour et comme le jour succède à la nuit...












2012 2011 2010







J'ai renoncé aux promenades et j'ai recherché l'insouciance.
Tous les sentiments ont chacun un ton de voix, des gestes et des mines qui leur sont propres. Et ce rapport bon ou mauvais, agréable ou désagréable. est ce qui fait que les personnes plaisent ou déplaisent.

François de La Rochefoucauld
Maximes