Diégèse

mardi 11 juin 2013
ce travail est commencé depuis 4911 jours
et son auteur est en vie depuis 19364 jours (22 x 47 x 103 jours)
2013
ce qui représente 25,3615% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Gustav Je reviens dans le soleil qui porte la promenade. Je m'assieds. Le temps se fait un temps immobile, suspendu à la branche de l'arbre vers la fenêtre, appuyée parfois sur la vitre. Je pense à Julien Gracq qui, lui aussi, rentre de promenade. Mais reviennent les pensées et avec les pensées ces petits ennuis des jours. L'insouciance, si elle a existé, n'a pas duré assez longtemps pour être mentionnée. Nos vies sont sans scénarios et pour les comprendre il faudrait pouvoir en partir comme on le fait parfois de proches ou de relations. Les hommes et les affaires ont leur point de perspective. Il y en a qu'il faut voir de près pour en bien juger, et d'autres dont on ne juge jamais si bien que quand on en est éloigné. La Rochefoucauld aurait pu évoquer aussi le point d'appui et le levier d'Archimède. Πα βω και χαριστιωνι ταν γαν κινησω πασαν.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
L'insouciance, si elle a existé, n'a pas duré assez longtemps pour être mentionnée.





... et Julien Gracq qui rentre de promenade.
... dans le soleil qui porte la promenade...







2012 2011 2010







Nos vies sont certes sans scénarios.
Les hommes et les affaires ont leur point de perspective. Il y en a qu'il faut voir de près pour en bien juger, et d'autres dont on ne juge jamais si bien que quand on en est éloigné.

François de La Rochefoucauld
Maximes
... la branche de l'arbre vers la fenêtre, appuyée parfois sur la vitre.