Diégèse

samedi 11 mai 2013
ce travail est commencé depuis 4880 jours
et son auteur est en vie depuis 19333 jours (19333 = nombre premier) 2013
ce qui représente 25,2418% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Mathieu Je connais bien cette absence qui détache la mémoire, détend la vie sur le sable, s'amenuise. Je suis constant dans l'organisation de l'absence, de mon absence, de l'absence des autres et en cela, je suis persévérant. Je ne m'en donne aucun mérite. La persévérance n'est digne ni de blâme ni de louange, parce qu'elle n'est que la durée des goûts et des sentiments, qu'on ne s'ôte et qu'on ne se donne point, a écrit La Rochefoucauld. Cette persévérance est celle de la vie et l'on doit bien continuer dans la vie qui marche et dans la vie qui court et dans la vie qui tremble. Il faudrait sans doute que je trouve cela intéressant, ce pas grand chose de la vie que l'on nomme l'absence à soi, aux autres. Mais c'est seulement le temps qui cède, un peu et quand le temps cède, il ne plisse plus, il ne se tend pas non plus.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

Tu dois continuer dans la vie qui marche et dans la vie qui court et dans la vie qui tremble....
Il faudrait sans doute que je trouve cela intéressant.


Je connais bien cette absence qui détache la mémoire, détend la vie sur le sable, s'amenuise.








2012 2011 2010







... ce pas grand chose de la vie.
La persévérance n'est digne ni de blâme ni de louange, parce qu'elle n'est que la durée des goûts et des sentiments, qu'on ne s'ôte et qu'on ne se donne point.

François de La Rochefoucauld
Maximes
Quand le temps cède, il ne plisse plus, il ne se tend pas non plus.