Diégèse
dimanche 17 mars 2013
ce travail est commencé depuis 4825 jours
et son auteur est en vie depuis 19278 jours (2 x 34 x 7 x 17 jours) 2013
ce qui représente 25,0285% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain
Daniel
Le pire des auteurs sera certainement celui, ou celle, qui pensera savoir ce qu'il, ce qu'elle écrit. En effet, plus l'auteur maîtrise ou croit maîtriser ce qu'il, ce qu'elle produit de texte, plus il, plus elle s'éloigne de l'écriture. Il faut accepter n'en rien connaître. Il faut aussi accepter n'en rien vouloir. Accepter cette stupidité première et se dire, avec La Rochefoucauld,qu' il y a des gens dont tout le mérite consiste à dire et à faire des sottises utilement, et qui gâteraient tout s'ils changeaient de conduite. Il faut admettre que ce que l'on écrit est insignifiant et accepter avec Barthes qu'il y a des cas où seule l'insignifiance est délicate. Il ne faut pas vouloir raconter ses rêves car ce serait encore un film trop long et acquiescer à l'oubli. Désormais, je ne sais plus ce que je rêve.

2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Ce serait encore un film trop long.



Et je ne sais plus ce que je rêve.










2012 2011 2010







Plus il maîtrise ou plus il croit maîtriser ce qu'il produit de texte, plus il s'éloigne de l'écriture. Il y a des gens dont tout le mérite consiste à dire et à faire des sottises utilement, et qui gâteraient tout s'ils changeaient de conduite.
François de La Rochefoucauld
Maximes
Car il y a des cas où seule l'insignifiance est délicate.
Roland Barthes