Diégèse
lundi 25 mars 2013
ce travail est commencé depuis 4833 jours
et son auteur est en vie depuis 19286 jours (2 x 9643 jours) 2013
ce qui représente 25,0596% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte demain
Daniel Le voyage, tout voyage, est une métaphore, en cela qu'il donne l'illusion d'un but, d'une destination sinon d'un destin. Et ce n'est ensuite que dans le sommeil, en dormant, que se recrée un espace accoutumé.
Nous sommes encore en Italie à la lisière du lac de Varano, face aux îles Tremiti. Nous pourrions prendre le temps de faire semblant d'aller quelque part, quand, ce qui nous anime n'est que l'alignement d'une route et d'une berge, une distance. L'eau affleure. Il y a les berges, cette eau dont on ne sait plus si elle est salée ou non, qui clapote gentiment avant de se noircir et de repartir plus loin vers la mer. Il ne s'agit pas de rester mais le paysage donne de l'espérance et, comme l'écrit La Rochefoucauld,  l'espérance, toute trompeuse qu'elle est, sert au moins à nous mener à la fin de la vie par un chemin agréable.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000

En dormant, tu crées un espace accoutumé.





Il y a les berges, cette eau dont on ne sait plus si elle est salée ou non, qui clapote gentiment avant de se noircir et de repartir plus loin vers la mer. L'eau affleure.







2012 2011 2010







Il ne s'agit pas de rester. L'espérance, toute trompeuse qu'elle est, sert au moins à nous mener à la fin de la vie par un chemin agréable.
François de La Rochefoucauld
Maximes