Diégèse

mardi 19 novembre 2013
ce travail est commencé depuis 5072 jours
et son auteur est en vie depuis 19525 jours (52 x 11 x 71 jours) 2013
ce qui représente 25,9770% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Gustav Je suis rentré dans le soleil de novembre et j'ai enfin rejoint la villa de Scopello, qui est en Sicile, comme en Sicile. Je suis soudain ému, comme si je me souvenais d'un des ces souvenirs qui peut faire venir les larmes comme s'il y avait des amours mortes qui méritent tous ces mots. J'ai pitié de ces amours mortes même si je sais, avec La Rochefoucauld, que la pitié est souvent un sentiment de nos propres maux dans les maux d'autrui. C'est une habile prévoyance des malheurs où nous pouvons tomber ; nous donnons du secours aux autres pour les engager à nous en donner en de semblables occasions ; et ces services que nous leur rendons sont à proprement parler des biens que nous nous faisons à nous-mêmes par avance. Mais ce n'est pas un souvenir et c'est à peine de la mémoire. C'est du temps, c'est un peu de temps, et c'est ce moment de temps qui provoque l'émotion. Je cherchais la mémoire et j'ai trouvé à penser le temps. Mais ce n'est pas un souvenir. Pas encore. Ce que l'on nomme ainsi communément "mémoire" évoque le temps qui passe et ne s'embarrasse pas de savoir s'il s'agit du passé ou du futur. Et si c'était un texte, cette errance entre le temps, le souvenir et la mémoire serait devenue un blocage éternel.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Ce que l'on nomme ainsi communément "mémoire" évoque le temps qui passe et ne s'embarrasse pas de savoir s'il s'agit du passé ou du futur. ... comme en Sicile.
... si c'était un texte.
Pas encore.
J'ai enfin rejoint la villa de Scopello... ... faire venir les larmes comme s'il y avait des amours mortes qui méritent tous ces mots... Je suis rentré dans le soleil de novembre...







2012 2011 2010







Je cherchais la mémoire et j'ai trouvé à penser le temps. La pitié est souvent un sentiment de nos propres maux dans les maux d'autrui. C'est une habile prévoyance des malheurs où nous pouvons tomber ; nous donnons du secours aux autres pour les engager à nous en donner en de semblables occasions ; et ces services que nous leur rendons sont à proprement parler des biens que nous nous faisons à nous-mêmes par avance.
François de La Rochefoucauld
Maximes
... c'est devenu un blocage éternel.