Diégèse

mardi 15 octobre 2013
ce travail est commencé depuis 5037 jours
et son auteur est en vie depuis 19490 jours (2 x 5 x 1949 jours) 2013
ce qui représente 25,8440% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Mathieu
Je continue mon périple des Balkans et j'écoute des chansons d'amour mais je n'y comprends rien, les entends à peine. Elles sont faites de mots qui se détachent et qui partent les uns après les autres et la parole est sans effet. Je m'arrête dès que des hauteurs j'entrevois la mer et je recherche les angles de vue qui pourraient faire croire que les voiles sur la mer portent des messages favorables ou funestes. Je m'arrête longtemps dans un monde immobilisé où pourrait ainsi se déployer le désir infini du monde. Je suis silencieux et le temps réapparait car le temps est dans la perte toujours des mots. Je suis libre. Je pourrais rester libre ainsi et ce serait la nuit. Je me tais. Je n'écris plus. Je ne fais pas de littérature. toute fiction est mensonge. Je sais pourtant, avec La Rochefoucauld que l'aversion du mensonge est souvent une imperceptible ambition de rendre nos témoignages considérables, et d'attirer a nos paroles un respect de religion. Ce serait cela, une fiction, une prophétie qui ne s'oserait pas telle.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je recherche les angles de vue qui pourraient faire croire que les voiles sur la mer portent des messages favorables ou funestes. Le temps est dans la perte toujours des mots.
... et ce serait la nuit.
Libre.
J'écoute des chansons d'amour... ... des mots qui se détachent et qui partent les uns après les autres et la parole est sans effet.







2012 2011 2010







Je ne fais pas de littérature. L'aversion du mensonge est souvent une imperceptible ambition de rendre nos témoignages considérables, et d'attirer a nos paroles un respect de religion.
François de La Rochefoucauld
Maximes
... un monde immobilisé où pourrait ainsi se déployer le désir infini du monde.