Diégèse

jeudi 31 octobre 2013
ce travail est commencé depuis 5053 jours
et son auteur est en vie depuis 19506 jours (2 x 3 x 3251 jours) 2013
ce qui représente 25,9048% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Mathieu Je suis à Rossano, là où la botte italienne descend abruptement vers la Sicile et ce que je fais ici à Rossano ne me laissera aucun souvenir. Tous ces voyages incessants et recommencés forment un ailleurs immobile éloigné de ces odeurs de ville, de soirées envenimées. Je me promène aussi bien dans la campagne italienne que dans cette écriture quotidienne qui va vers toi par vagues douces et qui s'endort ensuite, qui s'échappe, qui s'évanouit et qui veut refuser la virtualité des remords et des regrets. C'est une contrainte que je me donne. Je devrais être plus clément avec moi-même et cesser de me faire des reproches insensés, mais je sais, avec La Rochefoucauld, que cette clémence dont on fait une vertu se pratique tantôt par vanité, quelquefois par paresse, souvent par crainte, et presque toujours par tous les trois ensemble. Je devrais sortir de cette boucle mais je n'ai cependant aucune idée ni aucune envie de sortir du labyrinthe que je ne construis moi même que partiellement.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Je me promène aussi bien dans la campagne italienne que dans cette écriture quotidienne qui va vers toi par vagues douces et qui s'endort ensuite, qui s'échappe, qui s'évanouit. Ce que je fais ici à Rossano, avec vous, ne me laissera aucun souvenir...
C'est un ailleurs immobile.
... refuser la virtualité des remords et des regrets...
À Rossano, là où la botte italienne descend abruptement vers la Sicile... ... à ces odeurs de ville, de soirées envenimées.







2012 2011 2010







C'est une contrainte que je me donne...
François de La Rochefoucauld
Maximes
Je n'ai cependant aucune idée ni aucune envie de sortir du labyrinthe que je ne construis moi même que partiellement.