Diégèse

samedi 7 septembre 2013
ce travail est commencé depuis 4999 jours
et son auteur est en vie depuis 19452 jours (22 x 3 x 1621 jours) 2013
ce qui représente 25,6992% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Gustav Je voyage toujours le long du fleuve et je suis sans amour et sans souvenirs. Je n'ai donc plus accès à l'autre car sans souvenirs, sans mémoire, je n'en ai plus besoin. L'amour, les souvenirs, tout cela, c'est déjà l'autre, dans toute son étrangeté. Parfois je m'approche encore un peu, par la force de l'inertie. Je me retourne. Déjà l'autre s'estompe. Voyager sans amour ni souvenirs, c'est en quelque sorte faire l'expérience du nul. Le nul dans la vie comme poème. Voilà ce que nous aurions pu dire de ce poème que je ne comprends pas. Cela ne me rend plus triste. Je me suis consolé. Mais il est vrai, comme le dit La Rochefoucauld, que nous nous consolons souvent par faiblesse des maux dont la raison n'a pas la force de nous consoler.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Sans souvenirs, sans mémoire, je n'en ai plus besoin. Tout cela, c'est déjà l'autre. ... dans toute son étrangeté... ... par la force de l'inertie...

Déjà l'autre s'estompe. ... de ce poème que je ne comprends pas...
... ce que nous aurions pu dire...







2012 2011 2010







Je suis sans amour et sans souvenirs... Nous nous consolons souvent par faiblesse des maux dont la raison n'a pas la force de nous consoler.
François de La Rochefoucauld
Maximes
... c'est l'expérience du nul.