Diégèse

lundi 9 septembre 2013
ce travail est commencé depuis 5001 jours
et son auteur est en vie depuis 19454 jours (2 x 71 x 137 jours) 2013
ce qui représente 25,7068% de la vie de l'auteur


hier
L'atelier du texte
demain
Gustav Avec la fatigue, avec les voyages, tous les paysages se mêlent et rien de ce que je vois, rien de ce que je sens ne parvient à me surprendre. Or, la surprise est une capacité première, une capacité essentielle de l'humanité. Si la fatigue émousse la surprise, je dois en conclure que la fatigue n'est pas humaine. Je remarque souvent que, de la fatigue, chacun a quelque chose à dire. Pourtant, ce n'est pas général. Quitte à affronter le ridicule des commentaires, autant aller jusqu'à l'épuisement ou alors se mettre en colère. Mais je remarque aussi que, quand il n'y a plus la colère, la fatigue demeure. La colère est un bien grand défaut même si, comme l'affirme La Rochefoucauld, il y a de certains défauts qui, bien mis en œuvre, brillent plus que la vertu même. Il faut traiter la colère par le vide et la rendre impossible par le vide. Et puis il faut dormir en rattrapant en une seule fois le sommeil de tous ces jours, chaque jour, chaque nuit, sans aucune cesse, sans aucun oubli, dans ce vide, dans ce creux, comme cette destination oubliée, l'amour. Je ne sais pas comment je faisais quand j'avais encore des souvenirs, pour aimer, pour me mettre en colère et pour dormir et rêver.


2009 2008 2007 2006 2005 2004 2003 2002 2001 2000
Quand il n'y a plus la colère, la fatigue demeure. Mais la surprise est une capacité première, une capacité essentielle de l'humanité.
Pourtant, ce n'est pas général. Quitte à affronter le ridicule des commentaires...

... tous les paysages se mêlent... ... la rendre impossible par le vide... ... rattrapant en une seule fois le sommeil de tous ces jours.







2012 2011 2010







Je ne sais pas comment je faisais quand j'avais encore des souvenirs. Il y a de certains défauts qui, bien mis en œuvre, brillent plus que la vertu même.
François de La Rochefoucauld
Maximes
Chaque jour, chaque nuit, sans aucune cesse, sans aucun oubli, dans ce vide, dans ce creux, comme cette destination oubliée.